Adoption-Émotions-Retrouvailles Index du Forum
Adoption-Émotions-Retrouvailles Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

2014-11-23 BOURDEAU Lucie

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Adoption-Émotions-Retrouvailles Index du Forum -> Discussions -> Loin des Yeux, Près du Coeur -> Résumés de Marthe Charest
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Loly
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Oct 2008
Messages: 937
Localisation: Mauricie
Féminin

MessagePosté le: 2015-01-01, 14:38    Sujet du message: 2014-11-23 BOURDEAU Lucie Répondre en citant

 
 
Émission du 23 novembre 2014 Invitée: Mme Lucie Bourdeau
 
 
Bonjour à Mme Normay St-Pierre (animatrice), à M. Jean-Paul L'Heureux (son collaborateur) et à leur invitée, Mme Lucie Bourdeau.
 
 
 
D'entrée de jeu, Normay nous parle du livre de Mme Bourdeau qui a pour titre:  Les retrouvailles en adoption, une quête de soi.  Mme Bourdeau est psychologue et s'est spécialisée en adoption, étant elle-même une personne adoptée.  Ayant recherché et retrouvé, elle s'est tournée instinctivement vers ce domaine, d'abord et avant tout, pour trouver des réponses à ses questionnements personnels et pour ensuite les partager avec nous plus tard, par le biais de son livre, outil de référence par excellence.
 
 
 
Elle a une façon bien personnelle d'expliquer les choses en rapport avec l'adoption.  Elle s'est servie, bien entendu, de sa propre expérience de recherchante, de ses propres retrouvailles, dans la région de l'Outaouais, en Ontario, où elle a dû se tourner vers Parent Finders, organisme anglophone.  La langue a été une barrière à laquelle elle a dû être confrontée au cours de ses recherches.  Les livres qu'elle consultait en rapport avec les recherches et les retrouvailles étaient en anglais et elle ne s'y retrouvait pas, avec son histoire.  Par contre, les dénominateurs communs qu'elle pouvait retrouver, tant du côté de la personnes adoptée que du côté de la mère d'origine, étaient les aspects des deuils, des secrets, du conflit de loyauté, de la quête de l'identité à travers l'autre, des attentes, des peurs, du premier contact, des relations post-retrouvailles, entre autres.
 
 
 
Deuils:
 
La mère d'origine, (du temps des «filles-mères»), pendant 9 mois, était en étroite symbiose avec son bébé, souvent dans l'isolement et pouvait donc remarquer plusieurs changements physiques qui opéraient en elle comme l'augmentation du volume du ventre, des seins, l'attachement à ce petit être.  Elle sentait aussi bébé qui bougeait, lui donnait des coups de pieds et ressentait bien sa montée de lait, après l'accouchement.  Ce bébé est une partie d'elle, un prolongement d'elle-même et elle doit s'en séparer.  C'est un deuil très éprouvant, s'il en est un!  Après son accouchement, à sa sortie de l'hôpital, elle devait faire comme si rien n'était arrivé et retourner dans son patelin le ventre, le coeur et les bras vides.  Sa nouvelle vie était tout un choc traumatisant pour lequel elle devait tourner la page, fermer le livre alors qu'elle n'avait même pas eu le droit, temps de lire le premier chapitre...  La famille de la jeune mère préférait ne pas parler de cette situation pour soi disant ne pas la blesser mais surtout elle ne savait pas comment agir et réagir et c'était aussi un déshonneur d'avoir un enfant illégitime au sein de la famille.  Taire la «chose» semblait moins difficile alors que ce silence, ce secret était pourtant pour la mère un fardeau très lourd à porter ne pouvant partager ce vécu avec quiconque.
 
 
 
Lors d'une 2e grossesse, la mère avait souvenir de sa 1re grossesse mais, bien souvent, elle n'avait pas mis son conjoint ou sa famille au courant de cette naissance hors-mariage.  De nos jours, nous savons d'une façon pertinente qu'il vaut mieux que la mère se libère de ce lourd fardeau afin que son mari et d'autres personnes de ses proches puissent comprendre ses agissements, son comportement, ses réactions futures à l'approche de certains événements.  La mère a été jugée, rejetée et souvent, même en 2014, elle en porte encore les stigmates comme le fort sentiment de culpabilité d'avoir dû confier son enfant à l'adoption.  Elle se sent responsable, à vie, de cette séparation.  Le fait de parler, de s'exprimer et de retravailler la notion de deuil en elle permet une libération et ouvre une porte sur une souffrance, oui, mais le plus beau cadeau qu'elle puisse s'offrir est celui de boucler la boucle de son passé, retrouver son enfant devenu adulte et s'accorder le pardon, la sérénité.
 
 
 
L'enfant adopté, séparé de sa mère, vit un deuil, lui aussi, dont il n'est pas conscient mais pour lequel il souffre quand même.  Il ne sent plus l'odeur maternelle pour le sécuriser.  Il n'a pas son lait maternel.  Il n'entend plus le même timbre de voix que celui de sa mère et ses battements cardiaques rassurants bref, il perd donc ses repères.  Il doit aussi d'adapter, s'ajuster à ses parents adoptifs et il vit une perte.  Il se retrouve sans référence génétique, ses ressemblances, plus tard dans sa vie, aspect très important, ne seront pas validées car il ne pourra pas se reconnaître dans les traits physiques de ses parents adoptifs, ceux de sa fratrie ou ceux de sa famille, en général.
 
 
 
Dans le processus de recherches, dès les débuts, la personne adoptée vit une quête de soi à travers l'autre, et, sur sa route, apparaissent des attentes, des idéalisations, des peurs etc.  Le conflit de loyauté occupe une grande place également lors des démarches de recherches.  L'adopté(e) ne veut pas blesser, faire de la peine à ses parents adoptifs en recherchant ses parents d'origine, par exemple.  Quand les parents peuvent accompagner et donner leur aval à cette quête d'identité, c'est une vraie bénédiction pour leur enfant.  Il ne ressent pas alors qu'il les trahit au détriment de ses parents d'origine.  Bien souvent, ça permet un rapprochement entre eux et crée un lien plus profond, solide.  En parlant d'intimité, il faut faire confiance et par conséquent, ça permet de tisser des liens encore plus serrés.
 
 
 
On parle maintenant des retrouvailles et on spécifie qu'il est primordial de se respecter, d'aller à son rythme et de prendre le temps, par exemple, pour une mère et son enfant de se connaître, de s'apprivoiser mutuellement, de se découvrir tout en douceur.  Par la suite, on pourra intégrer peu à peu des membres de la famille.  Chaque partie en cause doit prendre un certain recul et reconnaître les répercussions psychologiques des retrouvailles et des post-retrouvailles sur eux et sur elles.  Tous ces gens sont interreliés et on assiste donc à un grand «brassage» d'émotions.  Il faut redescendre à la réalité car on flotte comme sur un nuage pour pouvoir faire un recadrage émotif.  C'est un processus de guérison, à long terme, l'identité étant remise en question et plusieurs émotions se vivent en «montagnes russes».  Il faut chercher et trouver sa place , son rôle sans empiéter sur celle ou celui de l'autre/des autres.  Il nous faut aussi savoir quel espace nous voulons réserver à cette mère retrouvée, dans son coeur.   Voulons-nous qu'elle soit une amie, une confidente une mère, une belle-mère?
 
 
 
L'après-retrouvailles est très important.  Il faut s'écouter, enfant comme mère, et suivre son instinct et son rythme par rapport aux futures rencontres, par exemple, pour ne pas s'envahir.  Chacun(e) avait une autre vie auparavant et ne doit pas négliger ses acquis antérieurs.  La mère peut aussi rencontrer graduellement la famille de son enfant.  Ressent-on seulement de la curiosité?  La profondeur des sentiments n'est pas vécue nécessairement de la même façon par toutes et tous.  Pour la mère, le fait d'avoir gardé le secret très longtemps fait en sorte que des membres de la famille perçoivent ce lourd silence comme un manque de confiance, une forme de trahison.  Pourquoi ne nous a -t-elle pas révélé son secret, dit-on, bien souvent?
 
 
 
Les deux soeurs et le frère de Normay, qu'elle a retrouvés, ont bien reçu la nouvelle d'une soeur dans leur vie, mais en fait, c'est elle qui a dû leur expliquer pourquoi leur mère avait tenu ce secret enfoui au fond d'elle car ils se sentaient trahis.  On peut conclure, d'une façon malhabile, que si leur mère avait caché ce secret si important qu'avait-elle pu cacher d'autre, finalement?  Dans la blessure, la souffrance de la personne adoptée, il est difficile de penser à la blessure, à la souffrance de l'autre, en l'occurrence celle qu'a vécue leur mère.  Normay a dû en parler beaucoup à sa fratrie car souvent on pouvait trouver injuste d'avoir perdu tout ce temps-là à n'avoir pas pu se connaître et se rencontrer.
 
 
 
Compte tenu que Normay avait rencontré plusieurs mères d'origine, dans son parcours de vie, elle pouvait expliquer à ses soeurs et à son frère, leur faire penser à la douleur récurrente, année après année, que leur mère éprouvait, celle de la séparation d'avec son enfant et encore plus particulièrement à certaines périodes de l'année telles à leurs anniversaires de naissance respectifs, à la fête des Mères, à Pâques, à Noël, au Jour de l'An etc.  Dans ces moments, ils pouvaient maintenant mieux comprendre alors pourquoi leur mère était songeuse, triste.  Elle a servi d'intermédiaire, de trait d'union entre sa mère décédée avant les retrouvailles et avec sa fratrie.  Par ailleurs, les mères d'origine «refont leur vie» bien souvent après leur accouchement mais conserveront toujours leurs anciens souvenirs et ne se rendent pas toujours compte que certains événements les ramènent à leur passé et les transforment, émotivement parlant.  La phrase:  «Ne me reviens pas enceinte» était en fait une petite porte qui s'ouvrait pour parler de grossesses mais ses deux filles ne pouvaient pas saisir la nature de ce message ignorant tout de l'histoire de leur mère.
 
 
 
Pour la période après-retrouvailles au cours de laquelle des gens pourraient s'interroger ou voudraient pousser plus loin leurs questionnements, ils peuvent se faire accompagner, aider par des membres du Mouvement Retrouvailles qui ont aussi retrouvé.  Ils peuvent aussi faire appel à Mme Bourdeau via Facebook, son bureau privé, Skype etc.
 
 
 
Site de Mme Lucie Bourdeau:
 
www.luciebourdeau.ca
 
 
 
Merci à Normay et à Mme Bourdeau pour cette entrevue bien intéressante et enrichissante.  Merci à Jean-Paul, à Radio Mieux-Être et au Mouvement Retrouvailles pour sa commandite.
 
 
 
À la semaine prochaine!
 
 
 
Marthe Charest
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: 2015-01-01, 14:38    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Adoption-Émotions-Retrouvailles Index du Forum -> Discussions -> Loin des Yeux, Près du Coeur -> Résumés de Marthe Charest Toutes les heures sont au format GMT - 4 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  


Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2016 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com

Template "Automne" © Créations Nollizua