Adoption-Émotions-Retrouvailles Index du Forum
Adoption-Émotions-Retrouvailles Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

2013-12-08 VIENS Carole

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Adoption-Émotions-Retrouvailles Index du Forum -> Discussions -> Loin des Yeux, Près du Coeur -> Résumés de Marthe Charest
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Loly
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Oct 2008
Messages: 937
Localisation: Mauricie
Féminin

MessagePosté le: 2015-01-01, 13:10    Sujet du message: 2013-12-08 VIENS Carole Répondre en citant

 Le 8 décembre 2013
 
Bonjour à Normay, à Jean-Paul et à votre invitée Mme Carole Viens,
 
Mme Viens est une mère de naissance qui recherche sa fille Chantal née le 24 février 1967, à 5h15 AM, à l'Hôpital de la Miséricorde de Montréal. Elle a été baptisée le 3 mars 1967 à l'Église St-Jacques de Montréal, sous les noms de Chantal Viens, Chantal Charest (nom de famille du père) ou Chantal Viens Charest. Elle pesait 8 livres à sa naissance. C'est une impression mais il est probable que Chantal ait conservé son prénom. Toutefois, cette information n'a pas été confirmée.
 
Pendant sa grossesse, Mme Viens s'est rendue au Centre Rosalie-Jetté (le gouvernement a soutenu les Soeurs de la Miséricorde dans la création d'un centre de rééducation et de réhabilitation pour des adolescentes enceintes) et s'était enregistrée sous le nom fictif de Carolle Letellier. Pour son dossier d'accouchement, à la Miséricorde, elle a été admise sous le même pseudonyme: Carolle Letellier. Le père l'accompagnait à la naissance mais il ne pouvait pas lui apporter le support financier nécessaire. Les familles des deux ne pouvaient pas et ne voulaient pas les aider. Le copain de Mme Viens était issu d'une famille de 15 enfants et elle-même était issue d'une famille de 7 enfants.
 
Après l'accouchement, Mme Viens a réservé sa fille jusqu'à l'âge de 8 mois. Elle payait une pension de 10$ par mois pour qu'on s'en occupe. Elle ne voulait pas la laisser à la crèche mais elle n'avait pas d'autre option qui s'offrait à elle. Son copain et elle allaient lui rendre visite à chaque semaine et prenaient des photos de leur fille, à chaque fois. Pendant 8 mois, les deux parents la voyaient, prenaient des photos mais il était interdit de la prendre dans leurs bras.
 
La vie n'était pas facile car Mme Viens n'était pas épaulée par quiconque mais elle a tout de même gardé sa fille du 30 octobre 1967 jusqu'au 15 février 1968. Finalement, Mme Viens a dû se résoudre à la faire adopter légalement en 1969. En novembre 1968, elle a accouché une 2e fois à la Miséricorde, pour son fils, mais cette fois-là elle a pu le garder. Il n'y a pas un enfant qui en remplace un autre, bien sûr! À cette période, ils ont pu prendre des photos de leur fils, à sa naissance, et de leur fille qui était encore à la Miséricorde.
 
Le couple adoptant était marié depuis 19 ans. Il était mature, sérieux, ouvert et offrait une bonne sécurité familiale. La mère adoptive était âgée de 38 ans, le père de 40 ans. Ils avaient un fils de 16 ans, un de 4 1/2 ans et sa fille qui était alors âgée de 3 ans. Elle était en bonne santé, épanouie et souriante.
 
Mme Viens devait se prendre un logement mais elle avait toujours des soucis d'argent. Elle en a parlé au curé de la paroisse qui était à cette époque, de bon conseil, disait-on. Il lui a demandé est-ce que tu l'aimes ta fille? Tu ne peux plus rien faire pour elle! Le père ne peut pas s'en occuper non plus! Veux-tu mettre ta fille dans la rue, avec toi? La nuit suivant cette rencontre, elle a prié et a demandé à Dieu de l'éclairer dans sa décision. Le lendemain, très déchirée, elle s'est résignée à signer le consentement à l'adoption.
 
Sur son chemin de retour, après cet événement terrible, un bon samaritain l'a reconduite jusque chez ses parents. Leur compréhension des faits, leur peur d'être jugés par les voisins faisait en sorte qu'elle devait garder le silence et faire comme s'il n'y avait rien eu... la vie continue...
 
Récemment, Mme Viens a repris le flambeau et voulait faire une relance pour des recherches pour sa fille. Si elle la retrouve et qu'elle veut la rencontrer, tant mieux, ses bras lui seront tout grand ouverts et elle l'attend. Si elle refuse, elle respectera sa décision mais elle voudrait bien lui parler, avoir de ses nouvelles.
 
Voilà donc un autre témoignage bouleversant, déchirant qui démontre à quel point les mères de naissance n'avaient souvent pas d'autre choix que de procéder à l'adoption. Je lève mon chapeau à Mme Viens pour son courage et je lui souhaite, de tout coeur, de retrouver sa fille.
 
Merci Normay et Mme Viens pour votre entrevue émouvante. Merci Jean-Paul pour le choix de la chanson Un jour on se rencontrera (Linda Da Suza).
 
À la semaine prochaine!
 Marthe (Charest) xxx Lotus
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: 2015-01-01, 13:10    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Adoption-Émotions-Retrouvailles Index du Forum -> Discussions -> Loin des Yeux, Près du Coeur -> Résumés de Marthe Charest Toutes les heures sont au format GMT - 4 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  


Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2016 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com

Template "Automne" © Créations Nollizua