Adoption-Émotions-Retrouvailles Index du Forum
Adoption-Émotions-Retrouvailles Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

2012-04-01 LACOMBE Gisèle / BÉDARD Carole

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Adoption-Émotions-Retrouvailles Index du Forum -> Discussions -> Loin des Yeux, Près du Coeur -> Résumés de Marthe Charest
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Loly
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Oct 2008
Messages: 937
Localisation: Mauricie
Féminin

MessagePosté le: 2015-01-01, 11:45    Sujet du message: 2012-04-01 LACOMBE Gisèle / BÉDARD Carole Répondre en citant

Émission du 1er avril 2012

Bonjour Normay, Jean-Paul et vos invitées Mme Gisèle Lacombe (mère biologique) et Mme Carole Bédard ( soeur biologique de Normay),

D'entrée de jeu, nous apprenons que Mme Lacombe est une mère de naissance âgée de 81 ans qui recherche son fils.  Il est né le 5 juillet 1950 à l'Hôpital St-Joseph de Québec Inc. au 750, St-Vallier Ouest.  Cet hôpital a été acquis par Dr Raymond Laberge et sa fiancée Mme Georgette Gravel y a travaillé à titre d'infirmière et ensuite en tant que directrice du personnel infirmier.

Mme Lacombe accouche donc de son bébé et donne les 50$ exigés en mentionnant, à sa sortie, qu'elle reviendrait le chercher le surlendemain.  À son retour, on lui dit que son bébé est malade et elle retourne donc la semaine suivante.  Une religieuse, à ce moment-là, lui annonce que son fils est décédé.  Mme Lacombe vérifie les informations pour s'assurer qu'on  parle bien du même poupon.  Il semblerait que oui mais elle ne peut pas recevoir une preuve de son accouchement, ni de la naissance de son fils ni une preuve de décès ce qui la laisse s'interroger et avoir des doutes tout au cours de sa vie sur cette mort car il y a trop de contradictions et d'imprécisions à son dossier.

Mme Lacombe avait même travaillé pendant sa grossesse 2-3 mois à cet hôpital et il n'avait jamais été question de faire adopter son fils.  Après l'accouchement, on lui a fait signer un formulaire mais sans lui donner plus de détails.  En fait, ce devait être un consentement à l'adoption.


Plus tard, dans sa vie, elle a fait des recherches aux Archives de Québec sans rien y trouver.  En 2009, elle s'est rendue au Centre jeunesse, avec sa fille, au Service d'adoption, tout en expliquant son histoire.  Les renseignements qu'on lui a alors fournis étaient le nom de son fils Joseph Patrice Simon décédé supposément le 1er septembre 1950, d'une méningite et sur un autre papier, on mentionne le décès à l'âge de 58 jours donc, il y a des disparités dans les informations.

Mme Lacombe avait déjà communiqué avec le Mouvement Retrouvailles, par le passé, et une rencontre avait été prévue mais annulée compte tenu de la mauvaise température.  Normay lui dit qu'elle doit s'inscrire au Mouvement Retrouvailles où il y a une banque de données sur des recherchant(e)s, au cas où il y aurait concordance si toutefois son fils était vivant et qu'il aurait aussi fait des recherches.

Mme Lacombe est une personne sensible, "le coeur à la bonne place", et courageuse.  Heureusement, elle a été capable de parler de sa grossesse à ses parents et à d'autres membres de sa famille, chose plutôt rare en raison de son âge et du peu d'ouverture des parents, à cette époque.  La plupart des mères biologiques n'en parlaient pas de peur d'être jugées.  Mme Lacombe est, pour sa part, bien entourée par des gens compréhensifs qui ne l'ont pas jugée car ils savaient qu'elle n'était pas une "courailleuse".  Ses enfants et ses petits-enfants se demandent, tout comme elle, si son fils est vivant et aimeraient bien le connaître, le cas échéant.  Elle s'est quand même "conditionnée" à son décès mais, en parallèle, elle ressent toujours qu'une porte est ouverte car quelque chose lui dit que son fils n'est pas mort.

On ne peut que lui souhaiter de retrouver son fils ou, du moins, avoir une attestation officielle de son décès, pour qu'elle puisse faire son deuil sereinement, pour tourner la page et boucler une boucle de sa vie.

Son témoignage a été bien touchant, émouvant.  En tant que mère biologique, plusieurs souvenirs remontaient à la surface et, à plusieurs occasions, quand elle avait une boule d'émotions, il me semble que je l'aurais prise dans mes bras pour la consoler, comme si elle avait été ma grand-maman moi qui n'ai pas eu la chance d'en connaître ni du côté maternel ni du côté paternel.

Le deuxième segment de l'émission a été une entrevue de Normay avec sa soeur biologique retrouvée, Mme Carole Bédard.

Il y a quelques années, par un concours de circonstances, la photo de Normay a paru dans la revue La Semaine et tante Yolande, soeur de la mère biologique de Normay a vu des ressemblances et a fait des recoupements avec des informations qu'elle-même savait.  Tante Yolande et Normay ont communiqué par lettres et ensuite au téléphone sur une base régulière.  Tant Yolande qui demeure à Bonaventure a demandé à Carole et à Hélène pour leur annoncer quelque chose.  Une fois sur place, elle leur montre une photo sur laquelle trois personnes apparaissent.  On reconnaît tante Yolande, tante Monique mais qui est la troisième personne?  On dit à Hélène que c'est leur soeur et en expliquant ce qui est arrivé.  Hélène, par la suite, l'annonce tout en douceur à Carole.  Sa réaction, à froid, à cet instant précis où elle a su pour l'existence de sa soeur, en était une de colère.  Elle était fâchée que sa mère biologique soit décédée sans lui/leur révéler son secret à propos de la naissance de Normay.

Plus tard, après mûre réflexion, Carole a pris du recul et a pu partager avec Normay ce qu'avaient été les retrouvailles avec sa mère d'autant plus que cette rencontre avait été faite chez elle, à son insu, lors d'un voyage.  Normay avait respecté l'anonymat désiré par sa mère.  Carole comprenait très bien tout ça, les circonstances entourant cette naissance, les préjugés à cette époque, mais il n'en demeure pas moins qu'elle a ressenti le silence de sa mère comme un manque de confiance d'autant plus qu'une porte était déjà ouverte compte tenu que mère et fille s'étaient déjà rencontrées.  Il semblait impensable pour la mère de Normay de parler de cet "événement", au grand jour, car elle était habitée par une honte et une grande culpabilité.

En 2002, Normay déménage et écrit une lettre à sa mère lui fournissant ses nouvelles coordonnées même si elles ne se sont pas vues depuis longtemps.  En 2011, à Bonaventure, Carole se dit qu'il est presqu'impensable voire improbable que sa mère n'ait pas laissé aucune trace de son secret et, finalement, elle retrouve la lettre de Normay dans une boîte de recettes, au moins, c'était quelque chose de concret.

Après avoir su toute l'histoire, ils auraient tous préféré avoir été mis au courant et bien avant 2011.  Ses soeurs et son frère auraient pu profiter beaucoup plus longtemps de bons moments ensemble, en famille, plusieurs années auparavant.  Malheureusement, ils ne pouvaient pas faire marche-arrière.

Après avoir été renseignés de la naissance de Normay, ils ont compris davantage pourquoi leur mère avait souvent l'air songeur, dans sa bulle.  Il semblerait qu'elle aurait voulu leur dire mais plus le temps avançait, plus il lui était pénible de le faire.

Le message de conclusion de Carole en est un à l'effet qu'il y a toujours quelqu'un, quelque part qui sait quelque chose alors, elle invite les mères de naissance à s'ouvrir sur leur passé douloureux ce serait libérateur pour elles et, en 2012, les temps ont changé et si elles avaient d'autres enfants et conjoints , ils comprendraient et s'adapteraient à cette situation tout comme pour les familles reconstituées.

Je ne peux que me réjouir que Normay ait retrouvé sa famille elle, la rassembleuse, qui a tout fait et qui fait encore tout en son pouvoir pour informer les gens sur la post-adoption, sur les retrouvailles et sur le soutien, l'aide et l'accompagnement qu'elle nous apporte et ça, c'est très précieux!

Un grand merci sincère à toi pour ta générosité et pour ton dévouement, chère Normay, et je te souhaite de bien profiter de ta belle gang, tu l'as mérité et eux aussi.  Merci Jean-Paul pour tes choix musicaux toujours aussi judicieux et merci à vos invitées.

Au plaisir!

Joyeuses Pâques à toutes et à tous!

Amitiés,

Marthe xxx (Lotus)  

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: 2015-01-01, 11:45    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Adoption-Émotions-Retrouvailles Index du Forum -> Discussions -> Loin des Yeux, Près du Coeur -> Résumés de Marthe Charest Toutes les heures sont au format GMT - 4 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  


Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2016 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com

Template "Automne" © Créations Nollizua