Adoption-Émotions-Retrouvailles Index du Forum
Adoption-Émotions-Retrouvailles Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

2012-04-15 TURNER Thérèse

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Adoption-Émotions-Retrouvailles Index du Forum -> Discussions -> Loin des Yeux, Près du Coeur -> Résumés de Marthe Charest
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Loly
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Oct 2008
Messages: 937
Localisation: Mauricie
Féminin

MessagePosté le: 2015-01-01, 11:40    Sujet du message: 2012-04-15 TURNER Thérèse Répondre en citant


Émission du 15 avril 2012

Bonjour Normay, Jean-Paul et Mme Thérèse Turner (Pysanka sur le site Adoption, Émotions, Retrouvailles),

D'entrée de jeu, Normay nous parle de l'importance de se sentir appuyé(e), accompagné(e) afin d'être moins seul(e) lors du début des recherches officielles de notre enfant confié à l'adoption ou pour retrouver mère et père biologiques.  Le conjoint(e), la famille et les enfants devraient se sentir impliqués, interpellés dans nos démarches du moins dans le fait de savoir, d'en parler et tenter d'aider le plus possible les recherchant(e)s, à leur façon.  Leur contribution est précieuse car au cours de ces recherches, toute une gamme d'émotions, en montagnes russes, se vit.

Mme Turner nous parle de sa première recherche officielle le 12 septembre 1985 pour retrouver sa mère biologique.  Quand elle a commencé ses recherches, elle a d'abord eu la délicatesse d'en aviser ses parents adoptifs .  Jamais ils n'avaient dénigré sa mère de naissance et, au contraire, ils se disaient qu'en avançant en âge, ça les rassurait de savoir que si elle trouvait sa mère, elle pourrait prendre leur relève.

Quand Mme Turner reçoit ses antécédents sociobiologiques, la lettre est adressée à Thérèse Turner soit le même nom que sa mère adoptive qui avait conservé le prénom de Thérèse choisi par sa mère biologique.  Heureusement que sa mère adoptive avait été mise au courant des démarches de sa fille et qu'elle avait aussi pris le temps de regarder la provenance de la lettre soit du Centre jeunesse.  Elle aurait été très stupéfaite ou déçue si la situation n'avait pas été clarifiée, au préalable.

Elle a eu peu de renseignements.  Par contre, on lui aurait dit qu'elle avait des origines ukrainiennes.  Toute une révélation!  Elle s'est donc accrochée à ce détail et voulait en savoir davantage.  Elle a demandé si elle pouvait prendre des photocopies de son dossier, requête bien sûr refusée.

De 1987 à 1995, elle voulait poursuivre plus avant ses recherches, elle s'est donc rendue a Montréal et a rejoint une association ukrainienne dans le but de peut-être trouver quelqu'un qui aurait eu vent de l'histoire de sa mère.  On l'a référée à des propriétaires d'une boutique ukrainienne mais ils n'ont pas pu lui fournir d'informations pertinentes quant à sa mère.  Par contre, avec leur générosité de coeur, en leur présence, Thérèse sentait avoir des appartenances, des affinités avec eux qui sont devenus des amis, par la suite.

Donc, pendant 8 ans, Thérèse s'est jointe à cette association dans laquelle elle a pu apprendre beaucoup d'us et de coutumes du peuple ukrainien.  Elle a aussi poursuivi ses démarches en s'inscrivant au Projet Pilote du Centre jeunesse, en 1994, informée par son travailleur social.  Elle a reçu une lettre recommandée faisant foi que sa lettre avait bel et bien été reçue mais ses questions demeuraient toujours sans réponse.

En avril 2003, elle s'inscrit au site Adoption, Émotions, Retrouvailles (A.É.R.).  En décembre 2003, après vérification, un contact sérieux lui aurait permis de savoir que sa mère était vivante et lui aurait donné le nom de famille de sa mère.  Quand cette information lui a été donnée, elle flottait.  C'était très difficile de mettre des mots sur toute la gamme d'émotions qu'elle ressentait mais, au moins, elle se disait qu'avec un nom, elle pourrait aller loin.  Elle s'est donc rendue aux Archives de sa région, en Mauricie, mais en vain, elle ne trouve rien.

À la mi-février, elle se rend donc à la Bibliothèque de Montréal, à la Salle Gagnon, où en une heure, elle a trouvé toutes les informations nécessaires à sa recherche.  Elle précise que le personnel de la Bibliothèque est bien gentil, ouvert et disponible pour aider, au besoin.

Le 25 février 2003, sa mère ayant été rejointe, elle accepte spontanément d'avoir une conversation téléphonique avec Thérèse le 28 février suivant à 14h00.  Elle aurait dit qu'elle avait une fille et un garçon et que son conjoint était décédé.  Le jour venu et à l'heure convenue, le coeur habillé de joie et d'espoir, Thérèse appelle donc chez sa mère, à plusieurs reprises, mais en vain.  Démunie et déçue, Thérèse ne savait plus quoi penser et tentait d'attribuer toutes sortes de raisons pour lesquelles sa mère n'avait pas pu lui téléphoner.  Tout au long de ses recherches, Thérèse avait pensé à tout sur la condition de sa mère à savoir elle pouvait être malade, itinérante, alcoolique, droguée, prostituée mais jamais cependant elle n'aurait cru qu'elle essuierait un refus de sa part car elle avait dit oui spontanément pour un appel.

Quelle amère déception quand on arrive si près du but recherché depuis si longtemps et que l'autre partie en cause ne prend pas son engagement au sérieux.  Thérèse rappelle donc chez sa mère, la semaine suivante, et toujours aucune réponse.  Elle tente de se protéger en se disant qu'elle est peut-être malade, ou à l'hôpital ou quoi d'autre comme scénario.  Elle écrit des lettres, qui ne lui reviennent pas, mais qui restent toujours sans réponse.  Elle sait qu'elle a deux cousins qui habitent Montréal.  En septembre 2004, elle se rend sur la rue de l'Esplanade, à Montréal, pour trouver des informations sur ses cousins dans une chronique nécrologique, dans un journal.  Elle trouve un cousin, appelle et rejoint sa conjointe qui lui répond que son cousin se rendait dans son petit patelin quelques fois par année.

En octobre 2004, elle a un cousin avec lequel elle a pu établir une belle relation mais, malheureusement, celui-ci est décédé en 2007.  En novembre 2004, certaines de ses cousines lui auraient dit que sa soeur accepterait peut-être une rencontre après le décès de sa/leur mère mais, d'ici là, pourquoi attendre et refuser?  Elles perdent un temps précieux sans se voir, sans pouvoir développer une belle relation bref, plein de beaux rendez-vous sont manqués, comme c'est désolant!

En 2007, lors du décès de son cousin, Thérèse s'est rendue au salon funéraire et a vu sa mère biologique, à ce moment-là.  Elle ne lui a pas parlé par respect du lieu mais l'a touchée discrètement, incognito, en se disant qu'au moins elle aurait touché une fois à sa mère, dans sa vie.  C'était une situation avec sans doute un malaise, un inconfort j'imagine, car il me semble qu'on aurait très bien pu les mettre en contact, peut-être après les obsèques...mais, malheureusement, tout est resté en suspens...Les personnes adoptées ne veulent pas poser des gestes répréhensibles, ne veulent pas manquer de tact et "débarquer" dans la vie des autres.  Elles ne veulent que connaître leurs origines ce qui est tout à fait légitime.  Par ailleurs, les retrouvailles peuvent très bien se faire dans l'anonymat, sur un terrain neutre et elles respecteront ces volontés.

Ensuite, on parle de la difficulté des mères biologiques de 70 ans et+ et 80 ans et +.  Elles ont été jugées, on fait des promesses et leur secret est lourd à porter.  Elles doivent faire le deuil de quelqu'un qui n'est potentiellement pas décédé, ce qui n'est pas évident!  Il faut les aider à foncer, leur ouvrir la route, la porte car les retrouvailles viennent apaiser les âmes.  On retrouve l'autre et, en même temps, on retrouve une partie de soi-même.  Par contre, il faut penser que tous les fantasmes imaginée depuis si longtemps sont bel et bien finis et que la réalité des deux parties en cause pourra être tout autrement que celle idéalisée.

Merci à vous trois pour cette bonne émission.  Les pièces musicales sont toujours d'à propos et particulièrement celle de Madame Adrienne de Gilles Vigneault.  Il est rare qu'une chanson traite de pareil sujet, de cette manière.

Je ne peux que souhaiter à Thérèse la meilleure des chances dans ses démarches.  Il me semble qu'avec tous les efforts qu'elle a déployés, depuis plus d'un quart de siècle, elle mériterait d'être récompensée...Pourquoi attendre et se priver de tant de beaux moments précieux?  Pendant tout ce temps qui passe, sa mère prend de l'âge et qu'en sera-t-il de son état de santé?

Mes amitiés,

À la prochaine,


Marthe xxx (Lotus)  

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: 2015-01-01, 11:40    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Adoption-Émotions-Retrouvailles Index du Forum -> Discussions -> Loin des Yeux, Près du Coeur -> Résumés de Marthe Charest Toutes les heures sont au format GMT - 4 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  


Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2016 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com

Template "Automne" © Créations Nollizua