Adoption-Émotions-Retrouvailles Index du Forum
Adoption-Émotions-Retrouvailles Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

2011-11-06 PELLETIER Linda

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Adoption-Émotions-Retrouvailles Index du Forum -> Discussions -> Loin des Yeux, Près du Coeur -> Résumés de Marthe Charest
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Loly
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Oct 2008
Messages: 937
Localisation: Mauricie
Féminin

MessagePosté le: 2015-01-01, 09:11    Sujet du message: 2011-11-06 PELLETIER Linda Répondre en citant

6 novembre 2011

Bonjour Normay, Jean-Paul et Linda (Pelletier),

Merci pour la réalisation de cette bonne émission axée plus spécialement sur la fratrie, dans le premier bloc.  Tout comme Manon a écrit, j'étais très heureuse et fière que Normay, plus spécifiquement (et Linda aussi, bien sûr), s'ouvre à nous, nous livre ses impressions, ses émotions, ses sentiments en rapport avec la retrouvaille avec ses soeurs et son frère.  Elle nous écoute raconter nos histoires depuis très longtemps mais elle est plutôt effacée quand vient le temps de parler de la sienne.  Ce n'est pas elle qui occupe l'avant-scène.  C'est une réalité toute nouvelle et un langage nouveau qui font maintenant partie de sa vie.  Elle prend le temps de s'habituer, d'apprivoiser cette situation alors qu'elle a toujours été enfant unique, voilà que la famille compte maintenant quatre enfants et elle est l'aînée.  Elle ressent de la fierté à présenter sa fratrie alors qu'il y a si peu de temps, ils étaient des étrangers pour elle.  Plus on nomme ce que l'on ressent, plus ces personnes chères à nos coeurs deviennent reliées à nous et plus le lien sanguin se tisse et unit.


Autant pour Linda que pour Normay ainsi que pour toutes les personnes adoptées, la préparation aux rencontres familiales est importante.  Il faut apprendre à se connaître, chacun(e) à son rythme, en faisant des ajustements.  Lentement mais sûrement semble la clé du succès ainsi que l'ouverture et le respect qui doivent être au rendez-vous.  Il faut apprendre à vraiment communiquer, pour les deux parties en cause, et mettre ses limites, de part et d'autre.  Pour Normay, il est normal de vouloir en savoir davantage à propos de sa mère biologique qui est décédée (qu'elle a vue deux fois, dans l'anonymat).  La fratrie peut lui apporter certaines réponses.  Par ailleurs, ils ne doivent pas se sentir harcelés ou enquêtés de là l'importance de parler de leurs limites.  Tout n'as pas besoin d'être répondu pour hier...

Le parallèle que Linda nous faisait avec un nouveau couple était très pertinent.  Les futurs époux et épouse pendant leurs fréquentations, doivent aller de découverte en découverte, tout doucement, graduellement, sans forcer la note.  C'est fondamental.  Il en est de même pour les adopté(e)s, la fratrie et pour les parents biologiques.  Rome ne s'est pas bâtie en un jour...on n'a pas besoin de tout savoir dès la première rencontre.  Étape par étape est le mot d'ordre.

Linda a parlé des mères biologiques, les filles-mères du temps avec toute la connotation négative, humiliante et honteuse, reliée à ce statut voire le jugement de la putain accolé justement à ce statut.  De nos jours, les mères mono-parentales ne sont pas regardées "de travers".  Autres temps autres moeurs, heureusement mais il n'en demeure pas moins que les filles-mères de l'époque ont été jugées sévèrement.  Elles se jugent encore et ne se pardonnent pas le geste d'abandon de leur enfant.  Les propres parents biologiques de Linda, qui se sont mariés après son adoption, ne voulaient pas reparler de sa naissance car la honte et la culpabilité les habitaient trop tout comme s'ils devaient "faire une croix" sur cet événement passé et continuer de vivre comme si rien n'était arrivé.  On se le faisait dire par les Services sociaux...passez à autre chose!!!  Pourtant, la naissance d'un enfant, en soi, est un des événements des plus beaux, des plus heureux et des plus forts, dans une vie, mais faut se taire, garder secret, mentir et continuer d'avoir une double-vie jusqu'au jour où on se dit qu'en 2011, notre souffrance de mère biologique a assez duré et que l'on peut se donner le droit de débuter des démarches de recherches.  Je vous le souhaite de tout coeur.  Quand on retrouve, une paix et une sérénité nouvelles s'installent et nous enlèvent un grand fardeau.  Il ne faut pas trop tarder...

Plusieurs mères de naissance sentent le besoin d'"expier leur faute" en se punissant.  Certaines n'ont plus eu d'enfant ou de conjoint, sont entrées en Communauté religieuse ou alors se sont expatriées très loin de leurs proches.  Elles étaient des numéros ou avaient un nom fictif en arrivant à la Crèche.  Elles ont donc souvent poursuivi leur vie, dans une bulle de silence et leurs conjoints, enfants et ami(e)s n'étaient pas et ne sont toujours pas au courant de l'existence de leur enfant, ce qui complique et retarde tellement les recherches, malheureusement.

En tant que mère biologique, j'ai été jugée sévèrement mais je me suis jugée encore davantage en me disant que c'était contre nature de poser un tel geste.  Jusqu'à mes retrouvailles avec ma fille, quand mes neveux et mes nièces avaient des bébés, plus particulièrement une fille, quand je les prenais dans mes bras, ça venait remuer tout plein de souvenirs.  J'avais vraiment peine à sourire et à me réjouir pour eux alors qu'au fond de moi-même, je ne leur souhaitais que du bonheur, celui que je n'avais pas pu avoir avec ma fille, à l'époque...

Je fais une parenthèse car je voulais vous parler de mes émotions "en retraite fermée".  Pendant 28 ans, je passais en auto devant l'hôpital où j'avais accouché et, à chaque fois, j'avais de grosses crampes dans le bas du ventre mais j'associais ces douleurs à mon problème de colites spasmodiques.  Un peu plus d'un mois après mes retrouvailles, je suis passée devant l'hôpital (et plusieurs autres fois par la suite) et c'est mon conjoint qui m'a fait remarquer:  "C'est bizarre, tu n'as plus de crampes maintenant, on dirait?!"  Faut croire que ça me remettait en contexte du temps et, sans le savoir, mon corps s'exprimait.  C'était simplement pour vous faire réaliser à quel point on n'oublie pas dans notre coeur, dans notre tête et dans notre corps l'enfant à qui on a donné la vie.

Merci Manon (Magalie) pour tes commentaires à propos de l'émission.  C'est l'fun de voir du sang neuf!

Marthe xxx (Lotus)

P.S. Merci Jean-Paul pour le choix de tes chansons.  Je sais, je me répète mais ça fait un beau pont, un lien important entre les propos des invités.  Frédéric (Claude Léveillée), Mon frère (Annie Cordy), Un jour, un enfant (Frida Boccara) et Ami (Francis Cabrel) sont de bien belles chansons qui m'ont rappelé de bons souvenirs.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: 2015-01-01, 09:11    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Adoption-Émotions-Retrouvailles Index du Forum -> Discussions -> Loin des Yeux, Près du Coeur -> Résumés de Marthe Charest Toutes les heures sont au format GMT - 4 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  


Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2016 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com

Template "Automne" © Créations Nollizua