Adoption-Émotions-Retrouvailles Index du Forum
Adoption-Émotions-Retrouvailles Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

En 1960 à Montréal il y avait 1 avortement par 4 naissances

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Adoption-Émotions-Retrouvailles Index du Forum -> Adoption-Émotions-Retrouvailles -> Albums "Du temps des crèches" -> Le temps des crèches
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Picotine


Hors ligne

Inscrit le: 27 Oct 2008
Messages: 4 709
Localisation: Gaspésie, Baie des Chaleurs
Féminin

MessagePosté le: 2009-11-08, 14:13    Sujet du message: En 1960 à Montréal il y avait 1 avortement par 4 naissances Répondre en citant

De : MiséricordeEnvoyé : 2004-02-09 05:28


En 1960 à Montréal il y avait 1 avortement par 4 naissances et au Canada il y avait eu plus de 75,000 avortements dont environ 10,000 juste dans la ville de Vancouver.

Le juge Lagarde avait été interrogé à ce sujet, on lui demandait si la loi d'adoption n'était pas trop sévère. Et le juge avait dit , non la loi n'est pas trop sévère, elle empêche les faiseuses d'ange d'exercer 24 heure par jours un métier déjà trop florissant. Mais le juge reconnaissait la complexité du problème, celles-là qui font avorter dans des conditions favorables par des médecins compétents, sont celles qui ont les moyens de le faire, il y avait aussi un nombre incalculable de ligotages de trompes, d'hystérectomies inutiles, de salpingectomies pratiquées évidemment avec beaucoup de facilité dans les hôpitaux non-catholique qui se prêtent à ces opérations illégales.

Que dire des pauvres malheureuses, souvent à peine sorties de l'adolescence, prise de panique, seule et sans ressource, qui s'adresse à ces faiseuses d'ange sordides et subit souvent sur une table de cuisine dans des conditions hygiéniques néfaste, où les seuls instruments chirurgicaux sont des broches à tricoter,  des interventions sanglantes.

Elles doivent ces jeunes filles, quelques minutes plus tard retourner chez elles de peur de compromettre leur  « bienfaitrice » qui leur extorquera pendant plusieurs mois des sommes énormes. Elle devait cette jeune fille prendre un décision soit d'aller dans un hôpital pour abandonné son enfant, soit d'aller dans un hôpital privé et..... ou l'avortement.

C'était le temps des crèches
De Miséricorde
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


ENSEMBLE, gardons L'ESPOIR


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: 2009-11-08, 14:13    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Picotine


Hors ligne

Inscrit le: 27 Oct 2008
Messages: 4 709
Localisation: Gaspésie, Baie des Chaleurs
Féminin

MessagePosté le: 2009-11-08, 14:18    Sujet du message: En 1960 à Montréal il y avait 1 avortement par 4 naissances Répondre en citant

De : MiséricordeEnvoyé : 2004-02-09 06:28


Au sujet de l'avortement pour la fille-mère, dans les hôpitaux catholiques ou un médecin catholique on n'oubliait pas de menacé la jeune maman d'être excommunié, l'excommunication frappait tous les catholiques qui se prêtaient à ces opérations illégales, tadis que dans les hôpitaux ou médecin non-catholique ce n'était pas illégale.

On avait proposer les amendements suivants au code criminel :Un comité composé de deux médecins et de deux travailleurs sociaux qui jugeraient si le médecin peut pratiquer l'avortement, dans le cas ou la continuation de la grossesse peut mettre en danger la santé physique et mentale de la mère ou il est raisonnable et profitable de croire que la femme est devenue enceinte à la suite d'un viol ou d'une séduction criminel, ou encore s'il y a grand risque que l'enfant naisse avec une grave difformité mentale ou physique. 

Et les avocats catholique s'élevant contre ce qu'ils qualifiaient de « meutre légalisé » Et sur cette question un avocat Torontois fit remarquer : que les amandements devrait être votés , la loi doit être égale pour tous. Et il dit: Prenez le cas a-t-il fait remarquer, de deux femmes l'une riche et l'autre pauvre.

Celle qui est riche va dans un autre pays comme le Japon ou la suede qui pratique l'avortement légal et qui ne l'empêchera pas d'avoir d'autre enfants et la femme pauvre, elle va voir un boucher et risque de contracter une infection grave ou même la mort.  ( 1963 )

C'était le temps ......
De Miséricorde
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


ENSEMBLE, gardons L'ESPOIR


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Picotine


Hors ligne

Inscrit le: 27 Oct 2008
Messages: 4 709
Localisation: Gaspésie, Baie des Chaleurs
Féminin

MessagePosté le: 2009-12-02, 20:33    Sujet du message: En 1960 à Montréal il y avait 1 avortement par 4 naissances Répondre en citant

De : Miséricorde  (Message d'origine)Envoyé : 2004-07-31 11:07

C'est à cette endroit que des filles-mères allaient soit pour accoucher ou pour avoir un avortement illégales. C'était au 2326 Ontario est, tout près de la rue Fullum. Il y a eu à cet endroit des choses horribles qui se sont passé à cet endroit dont l'affaire Bélec. Il y avait d'autre endroit de ce genre, il y avait des endroits à Montréal qui servaient de refuge aux filles-mères à ces endroits très correct les filles-mères allaient se cacher durant leur grossesse, elles travaillaient dans la maison comme bonne, elle ne recevaient pas de salaire, son travail payait sa pension.

Mon amie Germaine a séjourné dans un de ces endroits rue St-André non loin de la Miséricorde et le temps venu pour son accouchement elle c'était rendu à la Miséricorde. Le jour même de son accouchement elle avait demandé des nouvelles de son enfant et les religieuses lui avaient dit qu'il était mort.  Mais Germaine ne les a pas cru elle a fait des démarches et il y a environ 16 ans et elle a retrouvé son garçon bien vivant.


Je t'embrasse Germaine.

De Miséricorde



      

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


ENSEMBLE, gardons L'ESPOIR


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Picotine


Hors ligne

Inscrit le: 27 Oct 2008
Messages: 4 709
Localisation: Gaspésie, Baie des Chaleurs
Féminin

MessagePosté le: 2009-12-02, 20:37    Sujet du message: En 1960 à Montréal il y avait 1 avortement par 4 naissances Répondre en citant

De : Miséricorde  (Message d'origine)Envoyé : 2005-01-08 08:04
On va mettre fin au  
 
RÈGNE DES AVORTEURS 
  
Les avorteurs de la Mauricie sont dans l'eau chaude. Un médecin et une femme ont déjà été arrêtés à la suite d'une enquête entreprise par la police provinciale pour mettre fin aux avortements dans cette région et on s'attend à ce qu'une autre personne soit mise aux arrêts en fin de semaine. À Shawinigan-Falls, pris de panique, un groupe de jeunes avorteurs ont cessé leurs pratiques illégales. À Trois-Rivières, une haute autorité ecclésiastique nous a dit que cette lutte ne faisait que commencer et qu'on mettrait fin une fois pour toutes à ces honteuses pratiques qui favorisent la prostitution.
Dans une série de reportages commencés le 22 août 1954, nous avions dénoncé dans le Petit Journal cette vague d'avortements et le fonctionnement d'une organisation clandestine, établie dans la région de la Mauricie, qui en était la cause.

À cette époque, j'avais moi-même, durant trois jours, joué le rôle de "l'homme en peine" dans plusieurs endroits publics de la Mauricie afin de connaître les responsables de ce commerce. Favorablement impressionné par l'argent que je leur avais montré, des individus avaient accepté de me conduire chez des personnes capables de faire mon affaire… Au cours de nos conversations (qui, pour la plus grande part, se sont déroulées dans une taverne de Shawinigan-Falls), ils m'apprirent que les jeunes filles des Trois-Rivières avaient l'habitude de se faire avorter à Shawinigan-Falls et celles de Shawinigan-Falls, aux Trois-Rivières.

Nous l'avions dit 
  
D'autres sources, j'avais également appris l'existence d'une société secrète que l'on appelait la SSDS (Société secrète doctorale de Shawinigan). Une vingtaine de jeunes faisant partie d'une même école de la région (ou des anciens élèves) avaient reçu un entraînement rudimentaire de deux médecins de la région qui leur permettait de faire des avortements. Ces mêmes médecins, nous a-t-on affirmé, fournissaient même les instruments nécessaires au travail! Les jeunes devaient opérer les femmes qui leur venaient de tous côtés et, souvent même, leur étaient envoyées par ces médecins.

À chaque intervention, le médecin recevait un pourcentage des recettes. D'après plusieurs personnes interrogées en août 1954, cette organisation avait pris de l'expansion durant les deux dernières années.

L'affaire commença à se gâter lorsque quelques jeunes femmes moururent des suites d'hémorragies dans les hôpitaux de la région. Les médecins et chirurgiens honnêtes de la région en furent scandalisées. Certains d'entre eux furent même appelés au chevet de malades qui avaient gardé des instruments d'avortement dans leur corps. Dans les certificats de décès, on signalait que la mort avait été causée par une hémorragie à la suite d'un avortement. Sans crainte d'exagération, l'on peut dire que tous les hôpitaux de la Mauricie ont reçu ces sortes de patientes.

Une guerre 
  
Une haute autorité ecclésiastique des Trois-Rivières, désireuse de compléter les détails qu'elle avait elle-même accumulés sur cette affaire, nous demanda de l'aider à assembler les preuves qui devaient être remises au procureur général dans l'espoir de faire cesser ce racket si bien organisé. Ainsi, le 31 octobre 1954, cette même autorité nous a affirmé qu'elle allait mettre toute son influence au service de ceux qui ont déclaré la guerre aux avorteurs.

Le Collège des Médecins de la province de Québec se disant incompétent pour s'occuper des plaintes reçues, les référait au procureur-général de la province. Le Dr Jean Paquin lui-même, secrétaire du Collège, nous avait dit que la chose relevait de la police provinciale et non des médecins.

Les personnes au courant du travail infâme des avorteurs se désespéraient de la lenteur des enquêtes, qui ne semblaient pas porter fruit. À l'article de la mort, dans les hôpitaux de la Mauricie, plusieurs femmes ont dévoilé les noms de certains avorteurs (médecins et amateurs).

Respectant le secret professionnel, les médecins appelés au chevet des mourantes ne pouvaient pas parler. On a tout de même pu savoir certains détails sur la façon d'agir de ces criminels.

En règle générale, il n'y avait pas de prix fixe. Souvent la somme variait entre $125 et $300 suivant la tête des clients! On aurait même fait, ces derniers jours, des opérations pour moins de $25, somme dérisoire si on considère le risque encouru par ceux qui les pratiquent.

Bientôt fini 
  
Il y a quelques jours, un médecin âgé de 47 ans, le docteur Descoteaux, a été traduit en Cour criminelle et accusé d'avortement. Le docteur qui a nié sa culpabilité, a été remis en liberté après avoir fourni un cautionnement de $2,000. Durant la semaine, une femme a été arrêtée par la police provinciale et la même accusation a été portée contre elle. Cette longue enquête, qui a été menée par le sergent-détective Anatole Rock, n'est pas prête de se terminer. On s'attend à d'autres développements sous peu.

De retour à Montréal, le sergent-détective Rock de l'escouade des délits sexuels, nous a confié que plusieurs policiers travaillaient depuis longtemps dans la région de la Mauricie pour mener à bien l'enquête commencée. "Il y aura d'autres développements, nous a-t-il affirmé, dans un avenir très prochain."

Quelques jours après l'arrestation du docteur Descoteaux, nous nous sommes rendus à Shawinigan-Falls, là où il y a deux ans, nous avions rencontré des intermédiaires des avorteurs. "Mal pris ou pas mal pris, m'a-t-on déclaré, on n'opère personne tant que toutes ces affaires ne seront pas tassées". On refusa même de nous faire des promesses pour un "arrangement" plus tard. Le règne des avorteurs tire-t-il à sa fin?

Par Robert Carrière

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


ENSEMBLE, gardons L'ESPOIR


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Picotine


Hors ligne

Inscrit le: 27 Oct 2008
Messages: 4 709
Localisation: Gaspésie, Baie des Chaleurs
Féminin

MessagePosté le: 2009-12-02, 20:41    Sujet du message: En 1960 à Montréal il y avait 1 avortement par 4 naissances Répondre en citant

De : nuitétoiléeEnvoyé : 2005-01-08 11:31
Aucun autre commentaire.

Merci misericorde de nous rapporter c'est faits là, j'aime te lire encore et toujours.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


ENSEMBLE, gardons L'ESPOIR


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Picotine


Hors ligne

Inscrit le: 27 Oct 2008
Messages: 4 709
Localisation: Gaspésie, Baie des Chaleurs
Féminin

MessagePosté le: 2009-12-02, 20:42    Sujet du message: En 1960 à Montréal il y avait 1 avortement par 4 naissances Répondre en citant

De : Miséricorde  (Message d'origine)Envoyé : 2005-01-08 08:06
MÉDECINS PROFESSEURS DE CRIME 
DANS LA RÉGION DE SHAWINIGAN 
   
Lorsque le téléphone sonne la nuit, chez les médecins de Trois-Rivières et de Shawinigan, ceux-ci redoutent toujours le pire. Trop fréquemment, en effet, on les appelle au chevet d’une jeune femme qui se meurt d’une hémorragie post-opératoire, après s’être prudemment confiée à la SSDS : la Société secrète doctorale de Shawinigan. Un avorteur a précédé le médecin.

Qu’est-ce que cette Société secrète doctorale de Shawinigan ? Un ‘’collège’’ clandestin, qui se spécialise dans le seul art de la médecine illégale et qui semble grouper environ une dizaine de jeunes gens de la région sous la haute direction de deux médecins.

Nous en avons assez 
   
À Trois-Rivières et à Shawinigan, les médecins que je suis allé voir m’ont tous déclaré la même chose : ‘’Nous, en avons assez d’être appelés, la nuit, au chevet de malheureuses que nous abandonnent, en désespoir de cause, de mauvais bouchers. Ces tristes individus, munis de tous les instruments nécessaires, opèrent les femmes enceintes suivant une méthode simpliste qu’on leur a enseignée, mais ils ignorent tout des complications que peut entraîner pareille opération, exposant ainsi chaque fois la vie des misérables qui se confient à eux’’.

Un chirurgien de la région affirme même avoir trouvé des instruments d’opération à l’intérieur d’une de ces malheureuses auprès de laquelle il avait été appelé au milieu de la nuit. Apparemment, le criminel avait pris peur et avait oublié un appareil dans sa hâte à fuir après avoir fait mander une ambulance. Il est classique, en effet, d’alerter un hôpital et de disparaître … il est tellement plus commode qu’une femme meure à l’hôpital.

Au Collège des Médecins, où j’ai poursuivi l’enquête, M. Jean Paquin m’a déclaré : ‘’Je ne suis pas au courant de la chose et, même si je l’étais, elle ne relèverait pas de moi mais plutôt du procureur général de la province’’.

Toutefois, de tous les médecins que j’ai interrogés, aussi bien à Shawinigan qu’à Trois-Rivières, il n’en est pas un seul qui n’ait été appelé au chevet d’une femme abandonnée par l’avorteur après que l’hémorragie se fut déclarée. Et tous sont unanimes à dire qu’il s’agit là d’opérations extrêmement dangereuses, que même les chirurgiens entraînés hésiteraient à faire.

La néfaste Société secrète est connue dans la région. Un de mes informateurs signale qu’il fut mis au courant de son existence alors qu’il faisait une retraite fermée dans la région. C’est l’un des prêtres de la maison de retraite qui lui conseilla de se méfier de ‘’ces gens qui font des avortements’’.

Je me suis entretenu, pour ma part, avec un certain nombre de prêtres et on n’a pas manqué de me dire qu’on souhaitait la tenue d’une enquête sérieuse, à ce sujet. ‘’Ce serait’’, m’ont-ils dit, ‘’faire œuvre audacieuse mais utile que de mettre à jour les agissements de cette société néfaste et ‘en démasquer les animateurs …’’.


En quête d’un conseil …  
 
  J’ai moi-même joué le rôle de ‘’l’homme en peine’’ et j’ai fréquenté plusieurs endroits publics dans le but de me renseigner à fond.
Pourquoi as-tu l’air si triste m’a demandé ‘’un homme d’une trentaine d’années, alors que je flânais dans un débit d’alcool.

Et je lui ai raconté une histoire. Je lui ai parlé lentement, très lentement même, cherchant mes mots, tout en jouant distraitement avec ma cigarette. (Je n’ai jamais eu ce genre d’ennui et je ne pouvais naturellement pas voir si on fait à peu près cette tête-là, dans un cas pareil.

Mais, j’ai été cru. Après avoir vidé quelques verres de bière, j’ai tiré mon porte-monnaie de mes goussets et je l’ai laissé voir. Il était bien garni (de l’argent du journal) et l’homme a été favorablement impressionné.

La SSDS peut t’arranger ça ! Es-tu d’ici ?
Non … mais la fille, elle est de Trois-Rivières.
Et sans avoir l’air d’être bien intéressé, j’ajoutai :
Et puis, qu’est-ce que c’est que cette SSDS … ?
La Société doctorale secrète de Shawinigan, l’ami !

Suivi un long silence. Je feignais de n’être guère intéressé, mais je me tenais à quatre pour ne pas l’étourdir de questions. Et l’autre, convaincu de ma sincérité, ajouta :
Tu sais, la SSDS … il faudra que tu montres ta poupée avant qu’ils te parlent …
Je suis resté trois jours à Shawinigan et à Trois-Rivières. C’est ahurissant, tout le monde est au courant. Tout le monde sait !


Les rouages de la SSDS 
   
Mais il m’a fallu suivre jusqu’à Québec un homme qui en ‘connaissait long’ sur cette société, pour obtenir plus de détails.

Les avorteurs de la SSDS ne sont que des ‘élèves’, instruits dans l’art de l’opération illégale par deux médecins authentiques.

C’est deux docteurs qui ‘ont la gamique’ … m’a confié un informateur. Il y en a un de Shawinigan; l’autre est à Grand-Mère.

Ce sont ces deux médecins qui fournissent les instruments nécessaires à leurs ‘élèves’ et qui les poussent à pratiquer l’infâme métier. Les avorteurs sont des jeunes de la région, dont l’âge varie entre 25 et 30 ans. Ils seraient huit ou dix en tout. Ce sont des types intelligents qui ne craignent pas le risque, et qui ont généralement un emploi peu payant, ailleurs. Une opération coûte de $250 à $300, et parfois même davantage. Tout dépend de la tête de la cliente. Le médecin, toujours invisible, garde la moitié de la somme et verse l’autre moitié à son disciple.

Et pour plus de prudence, les clientes de Trois-Rivières subissent l’opération à Shawinigan, et celles de Shawinigan, à Trois-Rivières.

À quand l’enquête ?
Plusieurs femmes ont payé de leur vie l’imprudence qu’elles ont commise en se confiant aux soins de certains médecins criminels. Dans pareil cas, les médecins sont accusés de meurtre. Une condamnation et c’est parfois l’échafaud.


Dans la SSDS, le médecin ne touche pas même le doigt de la cliente. Ce sont les élèves qui sont directement responsables de la mort, si la patiente succombe à l’hémorragie. Les médecins qui ont formé ce ‘’collège d’avorteurs’’ ont peut-être oublié que leurs élèves pourraient bien faire des ‘’aveux spontanés’’ si la mort d’une femme conduisait la police à leur porte.
En attendant, il serait sûrement bon que quelques enquêteurs ‘s’égarent’ dans la région afin d’obtenir de semblables confessions, qui pourraient ensuite entraîner des arrestations.


Par Robert Carrière

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


ENSEMBLE, gardons L'ESPOIR


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Picotine


Hors ligne

Inscrit le: 27 Oct 2008
Messages: 4 709
Localisation: Gaspésie, Baie des Chaleurs
Féminin

MessagePosté le: 2009-12-02, 20:48    Sujet du message: En 1960 à Montréal il y avait 1 avortement par 4 naissances Répondre en citant

De : MiséricordeEnvoyé : 2005-01-08 13:27
Cette histoire était dans les années 50 et 55
Miséricorde


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


ENSEMBLE, gardons L'ESPOIR


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Bruno


Hors ligne

Inscrit le: 05 Nov 2009
Messages: 99
Localisation: France (bretagne)
Masculin

MessagePosté le: 2009-12-03, 16:30    Sujet du message: En 1960 à Montréal il y avait 1 avortement par 4 naissances Répondre en citant

Et bien c'est fou, heureusement que de telles agissements est stopés sinon nous ne serions pas nombreux à participer sur se site.Mais si tout le monde le savait pourquoi ne pas se méfier de ses "médecins".Il etait peut etre plus simple de passer par eux, mais que de risques que ces femmes prenaient.
Bruno


Revenir en haut
Picotine


Hors ligne

Inscrit le: 27 Oct 2008
Messages: 4 709
Localisation: Gaspésie, Baie des Chaleurs
Féminin

MessagePosté le: 2009-12-21, 20:49    Sujet du message: En 1960 à Montréal il y avait 1 avortement par 4 naissances Répondre en citant

De : Histoire-11111  (Message d'origine)Envoyé : 2008-05-12 06:27



Bonjour , en faisant des recherche pour autre chose, j'ai trouvé ceci .

Histoire-1111
 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


ENSEMBLE, gardons L'ESPOIR


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Picotine


Hors ligne

Inscrit le: 27 Oct 2008
Messages: 4 709
Localisation: Gaspésie, Baie des Chaleurs
Féminin

MessagePosté le: 2009-12-21, 20:51    Sujet du message: En 1960 à Montréal il y avait 1 avortement par 4 naissances Répondre en citant

De : Dentelle01Envoyé : 2008-05-15 15:32
Bonjour,

En lisant ton article de 1963 sur l'avortement de Suzanne !!!!  le mot " ........ " qu'elle a employé pour parler de son enfant ( si ce sont vraiment ces propos ) , elle ne méritait pas, à mon avis, de donner naissance à ce petit être.

Ce terme n'aurait dû jamais existé.

Oui, nous sommes des enfants illégitimes et non des ................. Dans les années 1963 et plus, je croyais les gens plus éduqués que ça !

Dentelle

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


ENSEMBLE, gardons L'ESPOIR


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Picotine


Hors ligne

Inscrit le: 27 Oct 2008
Messages: 4 709
Localisation: Gaspésie, Baie des Chaleurs
Féminin

MessagePosté le: 2009-12-21, 20:52    Sujet du message: En 1960 à Montréal il y avait 1 avortement par 4 naissances Répondre en citant

De : Histoire-11111Envoyé : 2008-05-15 17:03
Oui Dentelle le mot est dur, mais c'était bien le terme que les gens employaient du temps des crèches, c'était en 1963 mais  ce mot employé des années 30-40 et 50 était resté.

On ne te voie plus souvent!

Histoire-1111

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


ENSEMBLE, gardons L'ESPOIR


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Picotine


Hors ligne

Inscrit le: 27 Oct 2008
Messages: 4 709
Localisation: Gaspésie, Baie des Chaleurs
Féminin

MessagePosté le: 2009-12-21, 20:53    Sujet du message: En 1960 à Montréal il y avait 1 avortement par 4 naissances Répondre en citant

De : anne-marie538Envoyé : 2008-05-15 23:17
Merci Histoire tu es une mine de réponses sur deux pattes!

Pour faire suite au commentaire de Dentelle, je fais partie de celles à qui on disait: Tu n'est qu'une batarde! Je suis née en 1965! Dur comme propos tu dis, plus violent que ca tu meurs! Mais je suis toujours vivante et présente pour démontrer que lorsque la vie a à être, elle EST. Ceux et celles qui voulaient cacher ont réussi une partie de leur mission vicieuse à notre égard.MAIS NOUS SOMMES DONC NOUS EXISTIONS. Et personne pourra nous faire garder le silence. Nous voulons et avons ce besoin de nous faire reconnaitre, tout simplement.

Anne-Marie

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


ENSEMBLE, gardons L'ESPOIR


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 05:37    Sujet du message: En 1960 à Montréal il y avait 1 avortement par 4 naissances

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Adoption-Émotions-Retrouvailles Index du Forum -> Adoption-Émotions-Retrouvailles -> Albums "Du temps des crèches" -> Le temps des crèches Toutes les heures sont au format GMT - 4 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  


Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2016 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com

Template "Automne" © Créations Nollizua