Adoption-Émotions-Retrouvailles Index du Forum
Adoption-Émotions-Retrouvailles Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

L'INFANTICIDE DEVANT LA LOI 1952

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Adoption-Émotions-Retrouvailles Index du Forum -> Adoption-Émotions-Retrouvailles -> Albums "Du temps des crèches" -> Le temps des crèches
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Picotine


Hors ligne

Inscrit le: 27 Oct 2008
Messages: 4 709
Localisation: Gaspésie, Baie des Chaleurs
Féminin

MessagePosté le: 2009-01-05, 21:31    Sujet du message: L'INFANTICIDE DEVANT LA LOI 1952 Répondre en citant

De : Miséricorde  (Message d'origine)Envoyé : 2005-03-08 06:21
P/S J'ai enlevé le nom du village ou de la petite ville   en question, qui était situé non loin de Montréal. Et remarquer ce que l'on écrit au sujet du père.   
 
L’INFANTICIDE DEVANT LA LOI CRIMINELLE   
ET LA LOI MORALE   
(1952)   
 
 
La triste histoire qui s’est déroulée à St-xxxxxx où une jeune fille-mère est accusée d’avoir fait mourir son enfant a fait sensation en cette municipalité et dans le public en général. C’est d’ailleurs la même chose chaque fois qu’un infanticide est révélé par la Police. Dans l’esprit du public, il surgit alors toutes sortes d’impressions et d’opinions de la loi morale. On néglige surtout de faire porter la responsabilité de ce crime sur les gens qui sont les causes véritables.


À ce sujet, nous avons donc consulté des avocats de renom, pour connaître en quoi consiste la jurisprudence concernant l’infanticide. Ainsi nous avons appris que notre code criminel ne fait pas de distinction entre le meurtre d’un nouveau-né et celui d’un adulte. « la pauvre jeune fille prise de découragement et de panique qui fait mourir son bébé est classée au même rang qu’Albert Guay qui a fait périr 23 personnes au Sault-au-cochon » nous signale un avocat bien connu. « Comme Guay et autres assassins de cet acabit, la pauvre fille est accusée de meurtre »

Toutefois, l’article 952 du code criminel donne au tribunal le pouvoir même si la mère est accusée de meurtre de changer cette accusation en celle d’avoir caché la naissance de son enfant par « la suppression de parts » c'est-à-dire : en cachant ou en faisant disparaître le corps du bébé. Pour cette accusation, la sentence comporte 2 ans d’emprisonnement. D’autre part, l’article 271 reconnaît coupable la mère qui néglige de se procurer les soins raisonnables pour la naissance de son enfant et provoque ainsi la mort du bébé, à la naissance ou peu après la naissance. En ce même article, une première clause prévoit l’emprisonnement à vie pour la mère qui a l’intention de ne se procurer aucune assistance raisonnable, dans le but de faire mourir son enfant. Une seconde clause prévoit 7 ans d’emprisonnement pour la mère qui a cette même intention, mais dans le but de cacher le fait qu’elle aura un enfant.
UNE LOI IMPRÉCISE   
 
Or, dans le code criminel, on découvre que même les membres de la Commission royale qui l’ont rédigée soulignent bien que notre loi concernant l’infanticide manque de clarté et de précision. Ils admettent eux-mêmes qu’il faudrait y faire une distinction entre le meurtre d’un nouveau-né et celui d’un adulte, ajoutant que le premier est ordinairement le fait de cacher la naissance d’un enfant.Selon l’esprit de ces commissaires, on devrait plutôt, dans la majorité des cas d’infanticide involontaire, porter une accusation d’homicide involontaire, à cause des circonstances fort pénibles et de la triste situation où s’est trouvée la mère au moment de son crime. Dans le code, il n’y a rien de précis concernant la mère qui fait mourir son enfant en accomplissant elle-même sa mise au monde, par ignorance, par négligence ou par crainte : il n’y a qu’une alternative : l’accuser de meurtre. C’est pourquoi les commissaires ont voulu inclure dans le code les clauses citées plus haut et comportant un certain adoucissement à la loi. Car règle générale, les pauvres filles contre qui une telle accusation de meurtre est portée ne sont nullement de véritables meurtrières ; il y a une distinction à faire entre elles et l’adulte qui tue de sang-froid sa femme ou son voisin. On espère donc que les autorités fédérales se décideront, un jour, à apporter au code criminel les précisions et les modifications nécessaires concernant l’infanticide.

Dans le code criminel français la jurisprudence est plus souple dans le même cas. On y tient davantage compte des circonstances atténuantes et aggravantes. Là aussi, il y a un adoucissement. Autrefois, l’infanticide était puni de la peine de mort, ce qui suscitait des acquittements trop fréquents. Selon la loi française, la mère qui assassine son enfant (meurtre avec préméditation) est passible des travaux forcés à perpétuité.



LA LOI MORALE  
   
Il faut noter que notre code criminel ne prévoit aucun recours contre le père de l’enfant tué par sa mère, et contre l’auteur du déshonneur et du malheur de celle-ci
Selon des théologiens que nous avons consultés, la loi morale considère l'infanticide comme un crime plus odieux que le meurtre. C'est un crime contre nature ; une mère qui tue son enfant ! Mais la responsabilité morale de cette faute grave est en très grande partie rejetable sur le père de l'enfant qui s'avère coupable d'injustice grave envers cette mère ou cette fille-mère qu'il a abandonnée à son triste sort. En toute justice, le père de cet enfant doit apporter à la mère la protection nécessaire, les secours pécuniaires et tous les soins requis. Le père qui, par son abandon, pousse la fille-mère à tuer son enfant est aussi coupable qu'elle de ce crime ! « Car si cet enfant est né, » nous dit un théologien, « c'est qu'il y a eu le consentement des deux personnes ou, ce qui se produit très souvent, il y a eu insistance et même violence de la part de l'homme ».

La même responsabilité morale pèse aussi sur tous ceux qui, directement ou indirectement, ont été la cause d'un tel crime. Les parents trop sévères ou trop mous, les gens mesquins, qui refusent leur assistance ; en un mot sont aussi coupables qu'elle tous ceux qui contribuent auprès de la jeune fille ou de la mère à susciter son désespoir (par crainte, par honte, par préjugés, etc.) et à la conduire au meurtre de son enfant !



ILLOGISME FLAGRANT   
 
« Comme la société est illogique et méchante », nous dit un vaillant missionnaire ». Par toutes sortes de moyens, elle favorise la mondanité, la promiscuité, la surexcitation sexuelle. Et quand les conséquences naturelles et normales se produisent, cette même société devient extrêmement cruelle et elle rejette tout le blâme sur les pauvres victimes qu'elle a entrainées et poussées dans le malheur. La société est moralement responsable de ce triste état de chose. Dans notre monde moderne (1952) on fait tout pour développer la lascivité chez la femme et la jeune fille. Mais si l'une d'elles succombe et fait une chute, alors le monde la bafoue et la salit !

En général, notre loi humaine est très sévère pour la femme et plus conciliante pour l'homme. Ainsi le même missionnaire nous signale qu'il y a dans le Québec plus de 20,000 pères de famille qui ont abandonné leurs femmes et enfants. La loi ne les atteint pas et il se promène la tête haute, continuant leur vie de débauche, tandis que leurs femmes et leurs enfants souffrent et vivent de la charité publique !

Envers ces pauvres filles-mères que les doctrines du monde moderne ont entraînées vers la faute, il faut surtout faire preuve de grande charité, nous dit un religieux. « Le Christ s'est toujours montré miséricordieux après la faute, afin de mieux relever l'âme déchue. On n'est peut-être pas obligé en justice, mais on est toujours obligé en charité, et gravement, de porter secours au prochain.

Au jugement dernier nous serons surtout jugés pour nos manquements à la charité ! La société devrait être plus sévère pour préserver la jeunesse des dangers de la vie et, si un jeune succombe, elle devrait avoir plus de mansuétude pour l'aider à se relever. C'est la charité, même la charité naturelle et humaine, qui manque à notre monde moderne !.

Par Robert Carrière









~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


ENSEMBLE, gardons L'ESPOIR


Dernière édition par Picotine le 2009-12-22, 15:19; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: 2009-01-05, 21:31    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Picotine


Hors ligne

Inscrit le: 27 Oct 2008
Messages: 4 709
Localisation: Gaspésie, Baie des Chaleurs
Féminin

MessagePosté le: 2009-01-17, 23:25    Sujet du message: L'INFANTICIDE DEVANT LA LOI 1952 Répondre en citant

De : Histoire-111  (Message d'origine)Envoyé : 2008-05-18 13:19
La médecine faisait des expérience sur les nouveaux-nés à la crèche et le Docteur Cormier disait "l'enfant aurait été mieux être mort que de subir ces expériences".
Il a dit aussi qu'un enfant illégitime n'était pas un humains et attention au coeur sensible.


Miséricorde



Mortalité infantile à la Miséricorde
Sur le site de l’adoption au Québec

 
       Les crèches furent créées pour protéger les enfants contre l’infanticide par les filles-mères. Mais, en dernière analyse,n’a-t-on  pas créé une solution pire que le problème que l’on voulait résoudre ? Je me demande si le rejet par la société de tous ces enfants illégitimes ne faisait pas en sorte qu’on les négligeait, le taux élevé de mortalité infantile à la crèche de la Miséricorde était une de ses conséquences les plus désolantes.Sur ce même siteLe Dr. Armand  Frappier disait au sujet de la Miséricorde de Montréal :L’été, c’est affreux à dire, il mourait un grand nombre de bébés au cours des chaleurs. Ils étaient assemblés dans de grandes salles, ce qui favorisait la diffusion des infections.

Aussi longtemps que le taux très élevé de mortalité infantile chez ces enfants abandonnés était perçu comme une fatalité ou encore comme meilleur sort qui pouvait leur être réservé après avoir reçu le baptême religieux, les religieuses y allaient du meilleur de leur connaissance et de leurs moyens financiers.

La crèche de la Miséricorde 

Comme suite à la décision de 1888 d’interrompre le placement en nourrice les Sœurs grises avisaient les Sœurs de la Miséricorde qu’elles n’étaient plus en mesure de recevoir les bébés qui naissaient à la Maternité de la Miséricorde comme elles le faisaient jusque-là. Les religieuses de Miséricorde se voyaient donc contraintes d’ouvrir leur propre crèche en 1889 qui a logé successivement au 3ieme étage des bâtisse de la Maternité et au 3ieme étages des bâtisses des ateliers avant de se retrouver dans de nouveaux locaux (Note personnelle, aujourd’hui Pavillon Jette) Le bilan des activités de cette période transitoire se lisait comme suit :
 
Naissance et mortalité à la crèche de la Miséricorde

Année      naissance     décès     % de mortalité
 
1889         189         155            82.2 %  
1890         305         263            86.3 %  
 
1891         317         296            93.4 %  
 
1892         309         272            88.1 %  
 
1893         349         304             87.1 %  
                                   
1894         325         301             93 % 
 
1895         358         310             86.3 %  
                                   
1896          344        299             87 %  

Le conseil d’hygiène n’hésitait pas à affirme que le taux de mortalité chez les « illégitimes » dans les crèches montréalaises excédait les 4/5. Dans aucun


autre pays civilisé, la mortalité des  « illégitimes » ne dépasse le double de celle des enfants     » légitimes » La crèche de la Miséricorde fournissait ainsi le cadre institutionnel où les pionniers de la pédiatrie pouvaient perfectionner les savoir tout en puériculture qu’en pédiatrie.

Réplique des religieuses

  Après avoir appliqué les nouvelles normes de Dr. Cormier, et que le taux de mortalité infantile était toujours à 88%, les religieuses de la Miséricorde répliquaient, en reprenant point par point les accusations et y joignaient des témoignages.
 » Nous avons constaté peu ou point de succès dans le nouveau mode d’alimentation des enfants, la mortalité ayant été le même que les années précédentes,. »
 « Elles ajoutaient,
 « Que les médicaments administrés à ces petits êtres…vraiment la personne la plus robuste n’aurait pu supporter tant de remèdes.

Lavage d’estomac, lavement d’intestins, bain chaud, bain froid, variation de nourriture, le lait coupé non maternisé, bouillie de farine de blé, de corn-starch, Nestlé-food, protose, thé de bœuf, viande pilée ect.ect. Toutes ces choses prescrites par les Médecins que leur mémoire semble mépriser, en parlant de l’épicière du coin
.
     De plus, les religieuses d’affirmer que le Dr. Dubé avait mis de côté le lait maternisé pour un certain nombre d’enfants et que le lait de vache non stérilisé avait été employé.

     Le Dr. Cotret médecin de la Maternité à la Miséricorde, joint à la réplique des religieuses, ajoutait, » Le fardeau est lourd et on croit se justifier de l’insuccès en accusant son voisin ».


Le taux de mortalité de 88%  en 1888  était descendu à 40% en 1936



Les bébés illégitimes dans les crèches, devaient payer à leur tour,et ils payèrent de leur vie parce qu’ils  servaient de cobaye à la médecine de l’époque. Quelle horreur.
Mortalité infantile à la crèche.

Le taux de mortalité à la crèche de Miséricorde et à la crèche St-Paul (Sault aux Récollets) Montréal Nord, qui appartenait aux Sœurs de Miséricorde, était de 40% en 1936. Montréal était la deuxième ville au monde après Calcutta pour la mortalité infantile avant l’âge de 1 an chez les bébés.

La gastro-entérite était la cause de la mort chez 67% de la mortalité totale à Montréal chez les enfants de moins de 1an, La mortalité est plus considérable en Juillet, août et septembre. C’est l’époque de l’année où le lait est de plus mauvaise qualité et est alors plus difficile à conserver en raison des grandes chaleurs. Montréal compte 130 décès par mille en plus de la moyenne mondiale qui est de 112 par mille, la moyenne de Montréal est de 242 bébés par mille naissances.



Recherche Robert Carrière



~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


ENSEMBLE, gardons L'ESPOIR


Dernière édition par Picotine le 2009-12-22, 15:25; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Picotine


Hors ligne

Inscrit le: 27 Oct 2008
Messages: 4 709
Localisation: Gaspésie, Baie des Chaleurs
Féminin

MessagePosté le: 2009-01-17, 23:28    Sujet du message: L'INFANTICIDE DEVANT LA LOI 1952 Répondre en citant

De : Inconnue821Envoyé : 2008-05-18 13:52
Bonjour Histoire
Oufffff,

Pourquoi faire vivre cela à des enfants innocents?

attention au coeur sensible. Qu'advenait des mères?

Inconnue




De : Histoire-111Envoyé : 2008-05-18 14:21


Inconnue,
 en ce temps les mères souffraient en silence, elle n'avaient pas un mot à dire, elle faisaient partie de la maison comme un meuble, elle perdait son nom en se mariant, même son prénom, ma mère Aline Desormeaux lorsqu'elle c'est mariée ellle s'appelait madame Aimé Carrière, elle devait signé Mme Aimé Carrière, Aline Desormeaux n'existait plus.

Les plus Vieux peuvent vous raconter. A l'église elle devait avoir un chapeau et surtout un voile pour cacher son visage et lorsqu'elle était indisposé elle était impur elle ne devait pas aller à la messe ce dimanche là.

J'ai des documents de mes ancêtres depuis le tout début 1666 et au massacre de Lachine en 1689 mon premier grand-père coté maternelle c'est fait tué par les Iroquois ( J'ai les documents des sulpiciens en main de ma famille) et sur le rapport il est inscrit: les avoir de mon premier grand-père

1- une maison  sur  un lot de terre, 2- un boeuf, 3- un fusil, 4- des poules, et en dernier lieu sur la dernière ligne de l'inventaire il était inscrit une femme.

Histoire-111



De : Inconnue821Envoyé : 2008-05-18 14:48
Merci de ta réponse
Les gens savaient ce qui se passaient dans les crèches?

Les crèches furent créées pour protéger les enfants contre l’infanticide par les filles-mères....Peux -tu expliquer...

Toutes ces choses prescrites par les Médecins...pourquoi

Bonne journée à toi

Aimes-tu mes questions Histoire?

Inconnue


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


ENSEMBLE, gardons L'ESPOIR


Dernière édition par Picotine le 2009-12-22, 15:27; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Picotine


Hors ligne

Inscrit le: 27 Oct 2008
Messages: 4 709
Localisation: Gaspésie, Baie des Chaleurs
Féminin

MessagePosté le: 2009-01-17, 23:32    Sujet du message: L'INFANTICIDE DEVANT LA LOI 1952 Répondre en citant

De : Histoire-111Envoyé : 2008-05-18 15:38
Toutes ces choses prescrites par les Médecins...
Pour sauver les enfants légitimes les médecins pratiquaient sur les enfants illégitimes parce qu'il n'étaient pas considéré comme des humains ils n'avaient pas de parents.
Mon père lorsqu'il est devenu orphelin personne de la place le voulait il était trop jeune il ne pouvait pas travailler, alors il coutait de l'argent, tandis qu'un animal sur la terre lui valait quelque chose il avait une valeur marchande. L'animal valait plus qu'un orphelin.

Les crèches furent créées pour protéger les enfants contre l’infanticide par les filles-mères....
J'aime mieux de pas répondre...parce qu'il faudrait que je sacre et mon message sera effacer selon les règlements

Oui j'aime tes questions et toi aussi
Tu sais Sue que je peux répondre à n'importe qu'elle question sur l'histoire des filles-mères et j'ai tout ça en mémoire, j'ai une grosse tête tu sais.

Miséricorde




De : SixAliciaEnvoyé : 2008-05-18 17:57
Bonjour
Suite a ton message  Histoire 114
Il ne faut pas remonté si loin  ou la femme perdait son nom en se mariant.
Je me suis marié en 1968 et je suis devenue  Madame Lau.... Lebrun

J'ai signé des documents sur ce nom
Déja que le fait d'être adoptée je n'ai pas mon vrai nom

Parfois je ne savais plus comment il fallait m'appeler j'avais 3 noms , mon nom de crèche ,mon nom d'adopté et mon nom de femme marié

Pour les années 1689 J'ai vu plusieurs documents comme ca dans les rescensements car je fais un peu de généalogie.

Eille le femme ne valait pas grand chose en ce temps la et ca pris bien des années avant qu'elle sorte de la noirceur un ti peu

Si elle devenait enceinte la elle valait moins que rien

On ne fessait pas instruire les filles a quelques exception pret

Heureusement que ca changer  depuis  

SixAlicia 




De : anne-marie538Envoyé : 2008-05-18 18:30
Merci histoire pour les bonnes infos que tu donnes. Nous étions( enfants/mères) Les ennemis à abattre. C'était une guèrre donc toutes les atrocités y sont! Je ne suis pas du tout suprise de ses informations.
Anne-Marie


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


ENSEMBLE, gardons L'ESPOIR


Dernière édition par Picotine le 2009-12-22, 15:28; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Picotine


Hors ligne

Inscrit le: 27 Oct 2008
Messages: 4 709
Localisation: Gaspésie, Baie des Chaleurs
Féminin

MessagePosté le: 2009-01-17, 23:35    Sujet du message: L'INFANTICIDE DEVANT LA LOI 1952 Répondre en citant

De : Inconnue821Envoyé : 2008-05-18 21:09
Les crèches furent créées pour protéger les enfants contre l’infanticide par les filles-mères....J'aime mieux de pas répondre...parce qu'il faudrait que je sacre et mon message sera effacer selon les règlements

J'aurais aimé avoir une réponse...on m'a déjà dit que nous étions une famille ici

Sue






De : Histoire-111Envoyé : 2008-05-19 06:28
Sue, plusieurs filles-mères comme punition pour l'acte commis après l'accouchement elles étaient transférées au Bon Pasteur 104 rue Sherbrooke à Montréal. C'était une prison et le père de la fille-mère faisait renfermer sa fille comme punition. Le père dans bien des cas donnait sa fille par écrit à la communauté, soit au Bon Pasteur ou a  la Misericorde.

La jeune fille etait dans ces endroits jusqu,a l,age de 21 ans.(majeur)

Pour les proteger les enfants contre l,infanticide:

Misericorde



~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


ENSEMBLE, gardons L'ESPOIR


Dernière édition par Picotine le 2009-12-22, 15:31; édité 2 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Picotine


Hors ligne

Inscrit le: 27 Oct 2008
Messages: 4 709
Localisation: Gaspésie, Baie des Chaleurs
Féminin

MessagePosté le: 2009-01-17, 23:40    Sujet du message: L'INFANTICIDE DEVANT LA LOI 1952 Répondre en citant

De : Histoire-111Envoyé : 2008-05-19 07:05
Elle en a eue pour 2 ans et regardez en bas du document pour les conditions.
Histoire


  



De : ♥Loly♥Envoyé : 2008-05-21 20:31
Merci Histoire pour tes informations.
Parmi les expériences faites sur les enfants, j'en ai entendu parlé de 2.

Une expérience a été faite sur 2 groupes d'enfants.  Le premier groupe était cajolé et choyé.  Le second ne recevait que le minimum nécessaire pour vivre soit nourriture et hygiène.  Aucune caresse, aucune attention particulière.  Plusieurs bébés de ce second goupe sont décédés alors qu'ils ont tous survécus dans le premier groupe.

L'autre expérience était pour contrer la polyo.  Des vaccins étaient testés sur des groupes de bébés.  Je ne connais pas les résultats de ces tests par contre. 

Puisque les bébés n'avaient pas de parents, tout était permi.

On disait aux mères que leur bébé serait placé dans une bonne famille.  Ces mères ont confié leur enfant en toute confiance.  Si elles avaient su....

Je peux seulement ajouter ce commentaire:  Nous sommes des survivants!

Lyne


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


ENSEMBLE, gardons L'ESPOIR


Dernière édition par Picotine le 2009-12-22, 15:32; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Picotine


Hors ligne

Inscrit le: 27 Oct 2008
Messages: 4 709
Localisation: Gaspésie, Baie des Chaleurs
Féminin

MessagePosté le: 2009-01-17, 23:44    Sujet du message: L'INFANTICIDE DEVANT LA LOI 1952 Répondre en citant

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


ENSEMBLE, gardons L'ESPOIR


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Picotine


Hors ligne

Inscrit le: 27 Oct 2008
Messages: 4 709
Localisation: Gaspésie, Baie des Chaleurs
Féminin

MessagePosté le: 2009-12-23, 19:41    Sujet du message: L'INFANTICIDE DEVANT LA LOI 1952 Répondre en citant

C'était le temps des crèches au Québec.  
De : Histoire-111  (Message d'origine)Envoyé : 2008-05-30 08:38
Suite à la discutions sur les enfants illégitimes...:



Les crèches furent créées pour protéger les enfants contre l'infanticide par les filles-mères. Mais en dernière analyse, n'a-t-on pas créé une solution pire que le problème que l'on vaulait résoudre?

"Je me demande si le rejet par la société de tous ces enfants illégitimes ne faisait pas en sorte qu'on les négligeait, le taux élevé de mortalité infantile à la crèche était une de ses conséquences les plus désolantes".

Le Dr. Armand Frappier disait au sujet de la Méséricorde de Montréal; L'Été, c'est affreux à dire, il mourait un grand nombre de bébés au cours des chaleurs. Ils étaient assemblés dans de grandes salles, ce qui favorisait la diffusion des infections.

Mortalité infantile à la crèche

Le taux de mortalité à la crèche, était de 40% en 1936. Montréal était la deuxième ville au monde après Calcuta pour la mortalité infantile avant l'âge de 1 an chez les bébés.

Montréal compte 130 décès par mille en plus de la moyenne mondial qui est de 112 par mille, la moyenne de Montréal est de 242 bébés par mille naissances.

En 1936 il y avait eu des progrès, de 87% en 1896 le taux de mortalité dans les crèches avait descendu à 40%.

Dr. Cormier

Le conseil d'hygiène n'hésitait pas à affirmé que le taux de mortalité chez les illégitimes dans les crèches montréalaise exédait les 4/5. Dans aucun autre pays civilisé, la mortalité des illégitimes ne dépasse le double de celle des enfants légitimes. La crèche de la Miséricorde fournissait ainsi le cadre institutionnel ou les pioniers de la pédiatrie pouvaient perfectionner les savoir tout en puériculture qu'en pédiatrie.

Service de Santé
Hotel de ville de Montréal
3 décembre 1936

Révérende Mère, Je vous transmets, ci-annexé, un relevé des décès survenus chez les enfants de 0 à 1 an à la crèche de la Miséricorde, et un relevé semblable des décès survenus à la crèche St-Paul de Montréal-Nord, également parmi les enfants de 0 à 1 an, qui ont été transférés de la crèche de la Miséricorde dans cette institution.

   Ce nombre de naissances survenus dans la même période de temps dans les crèches de la Miséricorde ayant été de 475, la proportion des décès correspondrait à un pourcentage de 39.57%.
  Ce nombre de petite victimes est excessif et cette hécatombe m'amène à vous rappeler le rapport du comité chargé d'étudier les causes de la mortalité infantile à la crèche et qui vous fut transmis au  mois d'avril.

  Les mesures recommandés par ce comité sont resté sans effet, malgré qu'elles auraient été mises en pratique intégralement, et n'y aurait-il pas lieu de le faire.
   Il me semble qu'on ne peut pas rester indifférent devant un état de choses semblable.
                                 
 Votre tout dévoué
                                   
Le directeur du Service de Santé

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


ENSEMBLE, gardons L'ESPOIR


Dernière édition par Picotine le 2009-12-23, 19:45; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Picotine


Hors ligne

Inscrit le: 27 Oct 2008
Messages: 4 709
Localisation: Gaspésie, Baie des Chaleurs
Féminin

MessagePosté le: 2009-12-23, 19:43    Sujet du message: L'INFANTICIDE DEVANT LA LOI 1952 Répondre en citant

De : anne-marie538Envoyé : 2008-05-30 14:22
Merci miséricorde, tes sources sont bonnes, les gens veulent connaitre ce qui se passait, tu le fais très bien. Tout a été cacher et maintenant le chat sort de son sac.

Continue ton beau travail, tu ouvres des portes!

Anne-Marie

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


ENSEMBLE, gardons L'ESPOIR


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 08:42    Sujet du message: L'INFANTICIDE DEVANT LA LOI 1952

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Adoption-Émotions-Retrouvailles Index du Forum -> Adoption-Émotions-Retrouvailles -> Albums "Du temps des crèches" -> Le temps des crèches Toutes les heures sont au format GMT - 4 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  


Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2016 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com

Template "Automne" © Créations Nollizua