Adoption-Émotions-Retrouvailles Index du Forum
Adoption-Émotions-Retrouvailles Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

* Mère est introuvable, comment on fait pour vérifier qu'ils ont vraiment cherché??

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Adoption-Émotions-Retrouvailles Index du Forum -> Discussions -> Général
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Picotine


Hors ligne

Inscrit le: 27 Oct 2008
Messages: 4 709
Localisation: Gaspésie, Baie des Chaleurs
Féminin

MessagePosté le: 2008-12-31, 21:54    Sujet du message: * Mère est introuvable, comment on fait pour vérifier qu'ils ont vraiment cherché?? Répondre en citant

De : cocotte371  (Message d'origine)Envoyé : 2004-04-20 12:20
Quand les CSS disent que la mère est introuvable, comment on fait pour vérifier qu'ils ont vraiment chercher??
Moi mes parents sont tous les deux adoptés et ils ont fait les démarches auprès des CSS d'où ils sont nés mais leur mère est introuvable......deux cas qui ont la même réponse.

Ils pensaient qu'au moins un d'entre eux auraient eu la chance de retrouver sinon la mère au moins des frères ou soeurs mais ils ne peuvent même pas savoir.

Merci.Peggy.


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


ENSEMBLE, gardons L'ESPOIR


Dernière édition par Picotine le 2009-11-21, 18:51; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: 2008-12-31, 21:54    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Picotine


Hors ligne

Inscrit le: 27 Oct 2008
Messages: 4 709
Localisation: Gaspésie, Baie des Chaleurs
Féminin

MessagePosté le: 2008-12-31, 21:57    Sujet du message: * Mère est introuvable, comment on fait pour vérifier qu'ils ont vraiment cherché?? Répondre en citant

De : lady_popsicleEnvoyé : 2004-04-20 18:47
Exige des explications, demande quelles ont été les méthodes utilisées pour rechercher ses gens. Pose des questions.
Pop



De : ♥Loly♥Envoyé : 2004-04-20 21:16
Allô Cocotte,  comme Popermite te le conseille, contacte-les et questionne-les. Demande-leur s'ils ont fait une recherche par RAMQ et, si oui, ça fait combien de temps?  Si ça fait quelques années, demande-leur s'il serait possible d'essayer à nouveau... si la situation de tes grands parents a changée, peut-être seraient-ils retraçable...on ne sait jamais.
J'espère que ça débloquera pour tes parents.


Bye Lyne 



De : cocotte371Envoyé : 2004-04-21 02:16
Oui loly, ça a déjà été fait en 1989 , le CSS cette année là a demandé à mon père et ma mère de leur envoyé une copie de leur carte d assurance maladie et tout. Les recherches faite au bout de 1 mois maximum ils ont su de leur travailleuse sociale respective que leur mère demeurait introuvable.Je les ai recontacter et mes parents aussi sans réponse plus positive.Je pense recommencer les démarches pour eux.Ils sont inscrit tous les deux sur le site ici.......un jour on ne sait jamais....merci Loly et merci à vous tous.
Peggy.


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


ENSEMBLE, gardons L'ESPOIR


Dernière édition par Picotine le 2009-11-21, 18:52; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Picotine


Hors ligne

Inscrit le: 27 Oct 2008
Messages: 4 709
Localisation: Gaspésie, Baie des Chaleurs
Féminin

MessagePosté le: 2008-12-31, 22:00    Sujet du message: * Mère est introuvable, comment on fait pour vérifier qu'ils ont vraiment cherché?? Répondre en citant

De : cocotte371Envoyé : 2004-04-21 02:22
J'avais oublier de te dire Loly que j'ai recontacter une des travailleuse sociale qui s'occupait des dossiers de mes parents l'année dernière , pour savoir s'il serait possible de recommencer les recherches mais elle m'a dit que non.... la raison est, que les dossiers ont été traités en 1983 puis  revérifier en 1988(avec la RAMQ) sans succès.....alors les dossiers sont maintenant fermé.Voîlà ce qu'elle m'a dit l'année dernière.
Merci. Peggy.



De : ♥Loly♥Envoyé : 2004-04-22 22:08
Allô Cocotte,
ce qui m'intrigue dans cette histoire, c'est que les dossiers ont été traités en même temps, les mêmes années et fermés en même temps. Tes parents font affaire au même CJ?

Ça m'intrigue au plus haut point cette histoire.

Bon puisqu'il n'y a rien a faire du côté CJ, sers-toi des antécédents de tes parents et fais connaître leur recherche le plus possible.

Je pense site web biensûr mais aussi la radio et la télé. (Émissions de Normay).

Bon courage et surtout, ne lâche-pas

Lyne





De : cocotte371Envoyé : 2004-04-22 23:42
Oui Loly, les dossiers ont été traités en même temps parce que mes parents sont nés et ont été à la même crèche à Québec.Les dossiers de mes parents ont été vu par deux travailleuses sociales c'est à dire une pour chacun de leur dossier.
Pour ce qui est des nouvelles qu ils ont reçu, si l'un recevait une lettre, l'autre recevait la même lettre en même temps avec les même phrases mais les dates changeaient et les noms.... comme un exemple de lettre pour plusieurs personnes.Je ne lâche pas, j'ai mis leur annonce ici sur votre site, j'ai aussi envoyé une annonce à Normay en Décembre, je ne sais pas où je pourrais le faire aileurs ,sur le web est-ce qu'on a plusieurs place où on peut placer des annonces gratuitement aussi?
 Merci.Peggy.


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


ENSEMBLE, gardons L'ESPOIR


Dernière édition par Picotine le 2009-11-21, 18:54; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Picotine


Hors ligne

Inscrit le: 27 Oct 2008
Messages: 4 709
Localisation: Gaspésie, Baie des Chaleurs
Féminin

MessagePosté le: 2008-12-31, 22:04    Sujet du message: * Mère est introuvable, comment on fait pour vérifier qu'ils ont vraiment cherché?? Répondre en citant

De : Inconnue821Envoyé : 2004-04-23 13:02
Bonjour,Mère introuvable selon ma T.S veux dire:

1- mère décédée à ma naissance
2- mère retournée dans son patelin
3- mère a fait une croix sur naissance de moi
4- mère a donné faux nom, faux renseignements bio et socio.

Pour finir T.S. m'a dit à moins de miracle,
Je devrais faire un deuil de mère bio. et recherches.....
Donc refus de me donner le nom ou prénom de mère bio même si introuvable...
Refus de recommencer recherches...
Refus sur toute la ligne.....


Inconnue 821



~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


ENSEMBLE, gardons L'ESPOIR


Dernière édition par Picotine le 2010-01-21, 00:35; édité 2 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Picotine


Hors ligne

Inscrit le: 27 Oct 2008
Messages: 4 709
Localisation: Gaspésie, Baie des Chaleurs
Féminin

MessagePosté le: 2009-01-01, 19:23    Sujet du message: * Mère est introuvable, comment on fait pour vérifier qu'ils ont vraiment cherché?? Répondre en citant

De : miséricorde  (Message d'origine)Envoyé : 2004-07-09 16:14
INTROUVABLE........ça existe et c'est vrai   

 
Le mot introuvable dans le monde de l'adoption ça existe vraiment. Il y a des milliers de filles-mères et d'enfant qui ne trouveront JAMAIS. Tous ces milliers d'enfants qui ont été VENDU sur le marché noir dans les années 50 et même 60 à Montréal et au Québec, jamais la mère ou l'enfant ne trouvera, jamais.
Et la première raison c'est que l'enfant n'a été enrégistrés nul part.

Dommage, mais c'est la vérité. Je ne veux pas faire souffrir personne, je veux dire que introuvable ça existe.


De Miséricorde





De : lady_popsicleEnvoyé : 2004-07-09 18:37
Présentement, je suis à lire; Le cri de l'adopté de Reine Landry et malheureusement, je li également que « parents inconnus » existe aussi dû à des filles-mères qui ne voulaient pas révéler leur vrai nom de famille ou le père de celle-ci lui interdisait. Quelques cas sont cités dan le livre. Ce qui ne veut pas dire pour autant, que le terme s'applique à touts les enfants de « parents inconnus »




De : vasgauEnvoyé : 2004-07-10 12:45
Bonjours,               Misericorde, ouais, cé pas drôle de savoir que des adoptés et des mères ne se retouverons jamais, et tout ca à cause de ce marché noir occasionné par le catholicisme obligatoire pour pouvoir adopter légalement. Je sais que tu ne veux pas faire souffrir personne, mais comme on dit, vaut mieux savoir exactement ce qui en est, et souffrir un peu, que de rester dans le doute, Moi en tout cas, je préfère un vérité qui fait mal, qu'un mensonge qui fait, que je me pose des questions sans avoir de réponses. J'ai toujours eu de la misère avec le fait que des gens décident pour moi ce qui est bon et pas bon, de ce que j'ai droit de savoir. Comme le domaine de l'adoption et ces lois qui n'ont pas de sens. Qu'est-ce qui savent de ce que j'ai personnellement droit de savoir et pas le droit de savoir, et pour qui se prennent ils pour oser décider pour moi, surtout quand il s'agit de MA famille, de MON sang, de MES origines. Je me rappelle quand j'avais été voir ma travailleuse social en 1987, et je lui avait spécifier que je voulais savoir exactement et mot pout mots, la réponse que ma mère donnerait. Que si ma mère refusait, qu'elle était la raison exact de son refus, quel serait sa réaction face au téléphone de la TS. Je lui avait dit que c'était MA mère après tout, et qu'à ce titre, j'avais le droit de savoir de facon précis, ce qui c'était passer au téléphone.  Et cette TS a accepté, et m'as dit exactement ce qui en était, et ca j'en suis sûr.
Misericorde, merci de nous renseigner, même si parfois on risque de souffrir. Au moins on sait.

Inconnue-- sur mon baptistère, il est écrit de parent inconnu, mais les CJ savent où est ma mère. C'était pour te confirmer de ce que tu écris que le terme de ce que tu explique, ne s'applique pas à tout le monde.


Marc (Vasgau)   



~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


ENSEMBLE, gardons L'ESPOIR


Dernière édition par Picotine le 2010-01-21, 00:36; édité 2 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Picotine


Hors ligne

Inscrit le: 27 Oct 2008
Messages: 4 709
Localisation: Gaspésie, Baie des Chaleurs
Féminin

MessagePosté le: 2009-01-01, 19:27    Sujet du message: * Mère est introuvable, comment on fait pour vérifier qu'ils ont vraiment cherché?? Répondre en citant

De : Inconnue821Envoyé : 2004-07-10 16:47
Miséricorde,
Quel mot....introuvable et jamais....je trouve cela dommage et triste.....

Moi la semaine passée j,ai reçu un téléphone du mouvement retrouvaille ( la première fois) depuis 1990.
Le but de ce téléphone était pour vérifier mes coordonnées: adresse, l'endroit de ma naissance et l'hopital, adopté par qui, en quelle année et si j,avais fait parti du projet pilote ( oui ) etc....

Je lui ai raconté que ma mère était introuvable et la personne m,a donné explication::::Mère introuvable rare, que je peux mettre 3 ???. Si j'ai fait parti du projet pilote et que mon histoire de vie je l'ai étalée devant T,S comme si j'avais eu bon parents, combien de freres et de soeurs, mariée, des enfants, un conjoint, etc.... Selon la personne, le C.J. a trouvé ma mère bio. Mais mère bio, ne voulait pas refuser mais n'était pas prète à me renconter donc la T.S. a décidé de marquer introuvable et que si jamais mère changeait d'idée alors la concordance se fera. Comme la personne dit c,est un refus oui et non....Pour les faux renseignements, souvent ce sont des jeunes filles-mères que les parents ont voulu cacher....

Suite à ce téléphone, j'ai ressenti une joie....Je me suis dit si ma mère est au courant que je la recherche au moins je sais qu'elle sait que je suis de ce monde à quelque part.....Je me suis mis à rêver....wowww plus tard je vous raconterai mon rêve

Parce que j'ai de la difficulté à comprendre
Le mot introuvable.....

Donc je suis née de parents inconnus et introuvables peut-être pas....



De : MiséricordeEnvoyé : 2004-07-10 17:31
Salut Inconnue,
 
je suis content que tu es remis dans discution ton message.
 

Tu avais employé un mot ( INTROUVABLE ) ce mot, les gens qui cherchent ne le croyaient pas valable, ils ou elles disent que c'est impossible qu'une mère ou en enfant soient introuvable.

Et moi qui a fait beaucoup de recherche, je sais très bien que ce mot est juste pour plusieurs cas, et jamais ,personne n'ose parler de ce marché noir ou les bébés étaient vendus comme de la marchandise sans que la fille-mère bien des fois n'est été mis au courant que son enfant avait été vendu.


Il y en a eu des milliers à Montréal dans les années 40, 50 et 60, plus particulièrement dans les années 50. Et il y a d'autres raisons aussi comme inceste , si la fille-mère payait tous les frais de sa grossesses, bien souvent il n'y avait pas de dossier ou que le père de l'enfant était le frère de la fille-mère,  ce sont tous des causes introuvables qui sont bien arrivées. Dommage.


C'était le temps des crèches
De Miséricorde




De : Inconnue821Envoyé : 2004-07-10 22:11
Allo Miséricorde,
Je l'ai remis sur le site parce que tu me l'as demandé mais quand je te lis, ça me déprime, ça me chagrine.
Alors tous ses enfants vendus, les cas d'incestes ne retrouveront jamais leurs origines.



Introuvable...j'ai toujours pensé que ça n'existait pas ou presque.

Tout le monde parle de refus, négation, décès mais personne parle de introuvable. Je ne sais pas comment expliquer ce que je ressens face à ce mot. Depuis vendredi, je me pose question: est-ce une follie de vouloir rechercher? Je m'accroche à quel espoir?  

Même si parfois on risque de souffrir. Au moins on sait.Comme dit Vasgau Moi  je ne sais plus quoi penser, vous, vous savez qu'elle est là quelque part et a fait le choix de refuser ou de nier ( je ne veux pas juger son choix )

Merci Miséricorde de m'expliquer que ce mot existe.

 Le téléphone de la semaine dernière m'a permis seulement d'y croire quelques jours que le mot introuvable n'existait pas.


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


ENSEMBLE, gardons L'ESPOIR


Dernière édition par Picotine le 2009-11-21, 19:00; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Picotine


Hors ligne

Inscrit le: 27 Oct 2008
Messages: 4 709
Localisation: Gaspésie, Baie des Chaleurs
Féminin

MessagePosté le: 2009-01-01, 19:36    Sujet du message: * Mère est introuvable, comment on fait pour vérifier qu'ils ont vraiment cherché?? Répondre en citant

De : MiséricordeEnvoyé : 2004-07-11 11:04
Oui Inconnue tu as raison, ce que j'écris parfois est très déprimant et très dur, mais il faut que quelqu'un la raconte cette histoire, comme je l'ai dit dans un autre message, personnes n'osent en parler des raison de parent introuvable,je ne suis pas toujours fier de ce que j'écris ou trouve dans mes recherches, mais je me dois de l'écrire parce que c'est la vérité et que plusieurs personnes doivent savoir.

Une autre raison de parents introuvables, tous ces bébés qui étaient déposés à la porte des crèches, personnes ne saura jamais rien.

Même en 1983 la crèche de Miséricorde était fermer il n'y avait plus de religieuses c'était devenu un endroit pour personne âgés et un matin quelqu'un était venu déposé un bébé à l'entrée principale.

C'était le temps des .........
De Miséricorde




De : Étincelle31Envoyé : 2004-07-12 00:10
Bonjour à vous tous,Introuvable...oui ça existe mais souvent ce n'est pas le bon terme. Il arrive qu'on ne peut retracer la personne recherchée car elle est dans une autre province où un autre pays. Ici au Québec, les femmes sont inscrites avec leur nom de fille. Ailleurs c'est par le nom marital, donc si on ne connait pas le nom de l'époux on ne peut pas la retracer. Le bon terme serait "adresse inconnue".

Introuvable c'est bien trop souvent parce la mère biologique n'avait pas donné son vrai nom. Les C.J. tentent de retracer une personne qui n'existe pas ! C'était la crainte que quelqu'un apprenne la vérité et ruine la réputation de la jeune femme ou de la famille que ces mères mentaient sur leur identité. Il ne faut pas oublier l'époque dans laquelle elles vivaient.

Quelquefois dans ces cas, c'est parce la mère biologique fait elle-même la démarche pour revoir son enfant que les retrouvailles peuvent être vécues.

Le terme " parents inconnus " est tout simplement relié au fait que le parent devait renoncer à son droit, qu'il s'effacait et ne pouvait être reconnu comme le père ou la mère de l'enfant. Il ne pouvait prendre sa place de parent. L'enfant n'avait donc aucun parent pour lui. 
Les vrais parents inconnus sont ceux qui ne donnaient pas leurs identités véritables ou ceux qui laissaient le bébé devant la porte de la crèche.

Quelques enfants aussi sont difficiles à localiser. Une mère inscrite depuis le début des années 80 vient depuis quelques mois de retrouver sa fille qui vivait en Amérique du sud. Il a fallu que sa fille contacte le C.J. pour que cela se réalise.

Il ne faut jamais oublier que les C.J. ne sont que le moyen, l'outil pour nous aider à retrouver. Ils ne font pas le Code civil ni les changements de la loi sur l'adoption. C'est le ministère de la justice qui a ce pouvoir. Ils ne peuvent pas non plus forcer la mère ou l'enfant à dire oui aux retrouvailles. Si ces personnes s'opposent, refusent d'être identifiées, ils ne peuvent que transmettre le message. 

Pour l'instant, l'équilibre n'existe pas dans la loi. Souhaitons que cela change dans un prochain avenir. 

Étincelle




De : £_ζЯ£áÑÐáiš_†¹³Envoyé : 2004-07-12 00:30
Oº°‘¨¨‘°ºO Salut la gang de rechercheux(ses)…Oº°‘¨¨‘°ºO !Eh bien moi je vous le dis : « Recherchez et vous retrouverez! » 

Combien de fois m'avez-vous vu écrire ces mots dans la salle de chat?? À chaque entrée que j'y ai faite crimmm!!!




Oui j'ai souvent parlé des "introuvables" comme moi,ici-même dans cette Communauté il y a 2 et 3 ans,et malheureusement pour certain(e)s d'entre-nous,
il ne sera jamais possible de retrouver, même si j'ai
dit et redit le contraire. Il faut être réalistes crimmm!



Moi, mon dossier à traversé le pays pendant 8 mois pour pouvoir retrouver ce père prétendu décédé 5 mois avantma naissance selon les dires de ma mère bio.



C'est VRAI qu'il y en a des "introuvables".La discussion est triste à en mourir, même si je compose pas trop mal avec ce fait. Oui moi aussi j'en suis très frustré.



Mes deux parents sont "non-identifiables" formellement,donc "non-localisables" voilà une des raisons, sans même parler de marché noir.

Oui les C.J. ont les noms, mais sont-ce les bons noms ???Là nos mères avaient aussi toute la latitude de s'identifier.Si elles ne l'ont pas fait, c'est qu'il devait y avoir une raison
bonne pour elles. ( ou pour certains de leurs " proches " )
Faut pas se mettre la tête dans l'sable cybolll...!!!





Oui je travaille à la cause de l'identification de chacund'entre-nous depuis longtemps. ( 1994 )
Depuis 3 mois, quelqu'un s'est joint à moi pour ce faire.
Je n'ai malheureusement pas pû aller rencontrer le 
Député Fédéral avec la gang à Joliette le 1er juillet dernier.
Je travaillais au service des révisions ciblées pour 
Élections Canada, et ce du 31 mai au 2 juillet.
Cette personne représente aussi les Orphelins de Duplessis,
ceux-là même qui se sont fait floués il y a 2 ans
avec des montants dérisoires.


Son organisme se nomme:  " CVCCH " , pour:  "Commission pour les Victimes de Crimes Contre l'Humanité"

et fait comme moi jadis et se fonde sur la "Déclaration des Droits de l'Enfant " de 1924 pour revendiquer.


C'est la même chose pour le Mouvement Retrouvailles qui a commencé les démarches pour aller contrer les lois du Québecen ce qui a trait aux "Droits de la Personne", en faisant
se bouger le " Rapport Simard " par un avocat de renom.



Là où je suis le plus frustré, c'est quand je lis une bonne partied'entre-vous qui vous vous plaignez ici ou ailleurs sans cesse, mais que lorsqu'un quelconque "moove" se fait, la plupart ne
vous levez même pas l'derrière pour vous faire voir et entendre.


Sont pas fous nos dirigeants... Ils savent qu'en ne nous tenant pas debouts, bientôt, même très bientôt, dans les cas encore possibles,nos mères seront toutes en train de crever. Alors à quoi bon se
presser pour les changer ces mozusss de lois-là, personne ou
presque ne se bat pour faire reconnaître ses droits fondamentaux.


Alors là, mon " MOTTO " est donc devenu et de plus belle..." Forcez-vous l'c_ _  et vous courrez une chance de retrouver "


Si nous parvenions à faire changer ne fusse que ça, " LE  DROIT  DE  SAVOIR " nos noms, même s'ils ne sont pas les bons,  ce sera déjà quelque chose de positif d'acquis.


Merci Miséricorde de ta réponse qui m'a ouvert un p'tite-brècheune fois de plus pour pouvoir me faire lire, quitte à me faire encore une fois effacer. Le message aura déjà quand-même 
fait un autre p'tit bout d'chemin.

Merci Telech de m'avoir envoyé le lien de ce message,
toi tu peux nous comprendre en tant que mère bio.

Gros bisous à toi


Votre ami de toujours,L' ζЯ£áÑÐáiš_†¹³





~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


ENSEMBLE, gardons L'ESPOIR


Dernière édition par Picotine le 2009-11-21, 19:02; édité 2 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Picotine


Hors ligne

Inscrit le: 27 Oct 2008
Messages: 4 709
Localisation: Gaspésie, Baie des Chaleurs
Féminin

MessagePosté le: 2009-01-01, 19:40    Sujet du message: * Mère est introuvable, comment on fait pour vérifier qu'ils ont vraiment cherché?? Répondre en citant

De : vasgauEnvoyé : 2004-07-12 10:28
Bonjours,               L'Irlandais, j'ai beau lire et relire, et ce que je vois, c'est de l'information, ce qui est acceptable, selon mon opinion. Tu n'insite pas les gens à venir manifester, une tel date et tel heure, ce que ca, n'est pas acceptable. Tu rajoute ton opinion, en disant que ca donne rien de chialer, que cé dans l'action, que ca risque de fonctionner.

Tu dis que ca te fait suer, de voir des gens chialer, et qui ne se lèvent pas pour essayer de faire bouger les choses. Moi, je trouve qu'il y a pire encore que ca. Et comme on dit en bon Québécois........cé le boutte du boutte.....quand on voit ca.

Et le pire du pire, cé de voir des adoptés qui sont d'accord avec les lois actuel. Moi je ne suis tout simplement pas capable. Et pour ca, officiellement, il n'y aura rien qui changera. Comme on se fit toujours à la minorité et non à la majorité pour ce qui a trait aux lois ( comme ne plus avoir le droit au nom de famille de crèche), bin, ca va rester au beau fixe.

Je sais ce que je dis moi aussi, cé border line, et que comme animatweur, cé un peu trop sec, mais j'ai droit à mon opinion aussi en tant qu'adopté.

Ce qui est de se lever au lieu de chialer, ( je m'inclus dans la gang), je suis fatigué et meurtri de mes recherches qui donne rien, et aussi , je n'ai pas les moyens monétaires pour partir en croisade pour ce domaine. Fait que, je vais continuer de chialer, pi cé tout.


Voilà

Marc ( Vasgau)  



De : -lotusbleu123-Envoyé : 2004-07-12 11:55
Salut L'Irlandais!
Depuis longtemps, je me lève DEBOUT mais en pensant que je mène un combat en solitaire... 
Appels téléphoniques, lettres à des ministres, sous-ministres, députés (il en est passé plusieurs, mettons,
en croyant, naïvement, qu'avec un changement de parti, il y aurait changement et brassage de nouvelles idées mais...j'attends toujours...
)  J'ai reçu, PARFOIS, des accusés de réception mais en réalisant que, par acquit de conscience, seulement, on me répondait en se gargarisant avec de beaux mots... secrétaire de la secrétaire, adjoint(e) de l'attaché(e) de presse oui quoi d'autre, des pions tout comme moi, au fond... qui se font dicter leurs réponses par leurs «grands boss».


Pétitions, Colline parlementaire, articles dans Le Soleil (journal de Québec et la Rive-Sud de Québec) m'ont laissé beaucoup d'amertume.  Il semble que je sois la voix qui crie dans le désert...




Les réponses que l'on m'a données laissaient sous-entendre que mes priorités pour la cause de la post-adoption étaient louables et nobles, qu'ils se sentaient concernés mais qu'elles ne cadraient pas vraiment avec leurs premières priorités...
Ils ont tout avantage à laisser perdurer les choses  car entre temps, des adopté(e)s et des parents biologiques meurent et les lois, elles, stagnent...


Je t'avoue que je suis plutôt fatiguée et désabusée de me battre contre des moulins à vent et ce, non pas parce que j'ai retrouvé.  Je demeurerai toujours solidaire à la cause mais j'en ressens beaucoup de déception, de tristesse voire même de frustration car mes récriminations ne semblent pas prises au sérieux tout comme celles des autres.


Je sais, d'une façon pertinente, que certains dirigeants, au pouvoir, juges et avocats, ont tout intérêt à laisser les lois telles qu'elles sont.  Ils laissent traîner les choses, hé oui, car certains sont parents biologiques parmi eux et veulent sauver leur peau et leur soi disant honneur...
GRRRR!


Je suis de plus en plus outrée de constater que les adopté(e)s, les non adopté(e)s et les parents biologiques sont considérés comme des citoyen(ne)s de second ordre...
 des marginaux, et pourtant, il me semble qu'une famille sur six, touchée et concernée par l'adoption, n'est pas une quantité négligeable...


 Et la mobilisation, j'ai y cru mais depuis 10 ans que je me sens flouée... Je me sens manipulée comme une marionnette en sachant très bien qui en tire les ficelles...c'est épuisant, enrageant et stérile.



Solidaire tout de même!

Lotus Bleu xxx (Marthe)




De : picotineEnvoyé : 2004-07-12 20:49
Étincelle  

 de nous donner l'heure juste  
 de la signification de ce mot. 
 
Picotine    

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


ENSEMBLE, gardons L'ESPOIR


Dernière édition par Picotine le 2009-11-21, 19:05; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Picotine


Hors ligne

Inscrit le: 27 Oct 2008
Messages: 4 709
Localisation: Gaspésie, Baie des Chaleurs
Féminin

MessagePosté le: 2009-01-01, 19:45    Sujet du message: * Mère est introuvable, comment on fait pour vérifier qu'ils ont vraiment cherché?? Répondre en citant

De : £_ζЯ£áÑÐáiš_†¹³Envoyé : 2004-07-13 00:04
Oº°‘¨¨‘°ºO Salut la gang de rechercheux(ses)…Oº°‘¨¨‘°ºO !

Merci à toi Étincelle, lorsque j'ai commencé à écrire,ton message n'était pas encore là. Si tou(te)s les T.S. et
directeur(trice)s des C.J. avaient la même façon de traiter
le sujet, ça irait pas mal mieux aussi et plus d'un(e) ne
seraient pas autant frustré(e)s.



De belles promesses que celles de l'Association des C.J.l'an passé pendant sa table de travail sur son
" code de régie interne ". ( on peut toujours rêver non...? )
Résultat: RÉGRESSION  ET  PERTE  DE  POSSIBILITÉS
au lieu d'une éventuelle ouverture d'esprit... Quel gâchis...!

Alors vers qui nous tourner...? Je suis las moi aussi, tout comme toi Lotus de crier dans le désert, mais j'ai encore d'la voix pour me
faire entendre et je vais continuer. Nous ne sommes jamais seuls.           JE  NE  BAISSERAI  JAMAIS  LES  BRAS     même après mon départ du Mouvement Retrouvaillesbien au contraire. Qu'essaye qui voudra bien me faire taire ensuite.




Merci à toi Vasgau, ainsi qu'à celles et ceux qui m'ont écrit à mon adresse courriel. Je vous promet réponse très prochainement.


" Forcez-vous l'derrière et vous courrez une chance de retrouver

Votre ami pour toujours,L' ζЯ£áÑÐáiš_†¹³





De : vasgauEnvoyé : 2004-07-13 08:29
Bonjours,               oui, Etincelle est notre lumière qui nous éclaire, sur des points que nous avons parfois de la misère à déchiffrer, ou à comprendre, et qui nous fait réagir.......et qui me fait lancer mon venin parfois .......merci Etincelle, d"être là pour nous, qui avons besoin de ces informations parfois. C'est très apprécié...

Ouais........crier dans le désert, cé très platte.......il fait chaud, il y a du sable partout.....la plage est très très grande, mais l'eau est loin en titi pour se baigner.........alors ce qui est mieux de faire, pour moi, cé de chialer.....juste un ti peu.............pi d'aider, d'autre personnes, du mieux de ma connaissance dans leur recherche.

chanter--- aie...aie....aie....aie...aie.........crier dans le désert............aie....aie....aie...aie...aie........j'aime mieux mon dessert...........


Ce domaine de l'adoption, nous emmène une belle aventure qu'il vaut la peine d'être vécu. Et j'en viens à me dire, que nous adopté, sommes très prévilégié d'être impliquer dans ce domaine, contrairement à ceux et celle qui ont déja leur famille biologique. Nous rencontrons des gens, nous nous encourageons, nous nous comprenons, nous vivons des émotions de toutes sortes, que nous pouvons partager, et pour finir nous formons une belle et grande famille uni...............

Ne jamais perdre espoir, parce que, on ne sait jamais ce que l'avenir nous réserve.


Voilà........

Marc (Vasgau)




De : -lotusbleu123-Envoyé : 2004-07-14 08:15
Bonjour,
Merci à toi, Étincelle, pour la précision «technique» du terme «introuvable»: non identifiable, non localisable.

Mais, si je prends, par contre, la définition du terme «introuvable», «émotivement parlant», je la conçois comme tellement absurde!  Il semble que des individus soient nés dans des feuilles de chou, amenés par la cigogne ou par les «sauvages», par l'action du St-Esprit ou descendus directement de la planète Mars...

C'est tellement inconcevable qu'en 2004, alors que l'homme va sur la Lune et repousse les frontières des autres planètes, on ne puisse pas retrouver les traces, de certains parents biologiques, sur notre bonne vieille Terre.

Oui, je sais, des dossiers ont été détruits et parfois volontairement, brûlés, perdus, le traffic des bébés, les mères ayant accouché sous x et ici, au Québec, avec un faux nom (pseudonyme) et des secrets de familles et des adoptions privées et ouvertes font en sorte que parents et enfants ne se retrouvent pas...

Mais j'aimerais parler ici des sentiments qui doivent animer un(e) adopté(e) qui reçoit comme réponse d'un Cj, parents «introuvables» lors des démarches de recherches.  Comprenez-moi bien, s'il vous plaît.  Je ne veux blesser quiconque, croyez-moi.  Je ne veux en rien non plus négliger les émotions ressenties par celles et ceux qui ont essuyé un refus, un déni ou qui ont dû faire face à un deuil de la personne recherchée mais, à mon avis, malgré vos réponses tristes et négatives, vous avez eu une réponse.  D'une certaine façon, vous savez... pas plus «jojo» comme réponse, j'en conviens, mais pour celles et ceux pour qui leurs parents sont «introuvables», on dirait une zone grise...  Je comparerais leur situation à un kidnapping d'enfant pour lequel les parents demeurent dans l'expectative, des années durant, ne pouvant se résoudre à considérer leur enfant comme mort car on ne peut leur apporter une preuve tangible de son décès, s'il existait encore?...

Un refus fait mal et frustre mais on peut se dire que la mère retrouvée a ses raisons de refuser qui lui appartiennent, un déni par la mère retrouvée également fait mal et frustre mais encore ici on peut se dire que la mère retrouvée a ses raisons d'agir de cette façon et dans le cas d'une mère retrouvée et un deuil, on n'y peut rien non plus.  Mais, pour les «introuvables», on n'en sait que trop rien et sur toute la ligne... comme si les parents n'avaient pas existé, comment boucler la boucle d'une telle situation d'«introuvable», alors que c'est une vie en «standby»?  Ils ne peuvent tirer un trait sur leur passé car c'est comme s'ils n'avaient pas de passé.  J'imagine que je me sentirais comme un livre qui est ouvert, avec plein de pages blanches et que je doive fermer ce livre en me disant: «tiens, voilà mon histoire (ou plutôt mon manque d'histoire) est terminée...»

Je sais que je marche sur des oeufs car le domaine de la post-adoption est tellement rempli d'émotions!  N'oubliez pas, je ne veux pas partir en guerre contre celles et ceux qui ont eu des réponses non satisfaisantes des Cj, je voulais plutôt tenter d'établir un parallèle avec la condition de l'adopté(e) qui a comme réponse «introuvable».  Peut-être suis-je carrément «dans les patates» mais on en parle si peu des gens qui demeurent «introuvables»: non identifiables, non localisables.

Je crois qu'on a peur, au fond, du mot «introuvable»... suis-je la seule à penser de cette façon?

Merci de m'avoir lue!

Affection,

Lotus Bleu xxx



~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


ENSEMBLE, gardons L'ESPOIR


Dernière édition par Picotine le 2009-11-21, 19:17; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Picotine


Hors ligne

Inscrit le: 27 Oct 2008
Messages: 4 709
Localisation: Gaspésie, Baie des Chaleurs
Féminin

MessagePosté le: 2009-01-01, 19:48    Sujet du message: * Mère est introuvable, comment on fait pour vérifier qu'ils ont vraiment cherché?? Répondre en citant

De : vasgauEnvoyé : 2004-07-14 12:24
Bonjours,               tante Lotu, moi qui est essuyé un refus, je t'ai parfaitement compris dans ton explication, et je suis parfaitement d'acord avec tes propos. Introuvable, cé la pire réponse qu'on peut recevoir.

Un refus, on se dit, ok, j'ai de la peine, j'admets les raisons du refus, je n'accpte pas ce refus, mais au moins je sais. Même chose pour un deni.

Le décès fait autant mal, mais là aussi on sait.

Tandis qu'introuvable, on fait quoi avec ca??

J'imagine très bien ce que doit être que de se faire dire introuvable.

On se pose plus de question qu'avant les recherches.......comme celle-ci.......

" tout d'un coup qu'elle aurait accepté de me voir??

" tout d'un coup elle est décédé".....

" qu'est-ce qui cé passé pour qu'elle soit introuvable"......

Et, comment fermer le livre de notre histoire, quand on ne sait même pas quoi faire avec ca.

Un refus, un deni, un décès, on peut finir par fermer notre livre, même si cé pas évident.

Mais.....introuvable......on le ferme???......on le laisse ouvert????.....

Ouais, cé pas évident tout ca..........et je crois que rester dans le doute......est pire que de savoir......

Moi, quand j'ai commencer mes recherches, je crois que ca aurait été la pire réponse de ma vie, que de me faire dire, introuvable....et je ne l'aurais pas accepté du tout........j'aurais demandé des explication claire net et précis, et je n'aurais pas accepté des réponse automatique, ou des faux fuyants comme réponse, ah ca non!!!......et en plus j'aurais demander de continuer à chercher, et à chercher encore, et ca jusqu'à tant qu'on la trouve, et je n'aurais jamais accepté que la réponse final soit.....introuvable......et je ne sais vraiment pas comment j'aurais pu géré mes émotions face à une telle réponse.

Tante Lotus, ne t'en fait pas, je t'ai compris, et cé vrai qu'on en parle pas souvent de cette possible réponse, et ca ne rentre pas en conflit avec le fait d'avoir des refus ou deni, ou décès, selon mon opinion.

Un refus, un deni, ou un décès, on a de la peine sur une chose précise, mais introuvable.....la peine est là, mais avec des questions en plus......


Voilà.....

Marc (Vasgau)



De : Boumboum....Envoyé : 2004-07-14 15:53
Bonjour Introuvable  est un mot  qui  ne convient pas  à toutes les situations  tel  que  précisé par  Étincelle, mais il  est  vrai qu'il  existe  ce mot  et  il  ne faut pas en avoir peur, il  est là  tout simplement  comme la vie    et la  mort.  Ce qu' un adopté peut  ressentir  face  à ce mot  quand  on lui  dit  que  ses parents  ne sont pas retrouvables  est  assez  difficile  à  définir, car  cela  peut  dépendre   de  ce qui  va  avec  comme  description  ou disons  renseignements.  Il  y a plein  de choses  qui en  2004    sont introuvables   et dans le domaine de  l'adoption  plus le temps  passe  plus  ceux  qui  sont affectés  par ce mot   devront  se faire  à l'idée qu'il   ne sera pas possible  de trouver  ou  de retrouver .
Je  ne sais pas  si  on peut parler de livres  avec  des pages  blanches ou  comparer  cela  avec  un  kidnapping, mais il  est connu  que les adoptés  se font  en  général une histoire  de ce qui peut  être arrivé  à la suite  de  ce qu'on lui  a dit ,  donc  la page  est  écrite  par l'adopté  à  son  bon  gré.  Il  peut en faire une  histoire  triste  et  en soufrir  toute  sa vie  ou encore  imaginer  quelque chose  qui  serait  beau  et avec lequel  il pourra  vivre  en paix.  Jamais  il  ne sera certain  de son histoire   mais il ne faut pas penser qu'il  n'a pas  de  passé, car  comme tout autre personne  notre passé  est à nous et ceux  de  nos  géniteurs  leur  appartient, alors  il a son passé,  ce qu'il  n'a pas  c'est le  passé  de  ses  parents biologiques  tout simplement.
On peut  s'apitoyer  et se dire  je n'ai pas  de passé  , mais cela  est  vraiment  faux,  nous avons  un passé  différent  tout simplement  avec   des manques  pour  ce qui  concerne  nos racines.  Tout  comme  une graine  de semence  qui peut pousser  n'importe ou  et qui  ne se demande pas  de quel   arbre  elle  provient , alors ainsi  nous  devons  composer  avec  ce fait de parents introuvables ou  d'enfants  introuvables
Il  y a tant  de  belles choses  à construire alors  pourquoi  toujours  regarder en arrière  et  ne pas  regarder le  présent.  De plus  de retrouver  n'est pas une garantie  de bonheur  et  le fait  de connaître  ses  racines  ne  nous apporte pas  toujours  ce  que l'on croit. Pour les  gens  qui  ont  d'heureuses  retrouvailles ca semble  bien triste   de  se faire dire  introuvale, mais pour ceux qui  en ont  de moins  bonnes  le fait  d'avoir retrouvé  ses racines peut devenir  encore pire.
Alors le livre,on se doit  d'écrire  notre propre livre  et  il finira  avec  notre  mort  tout  simplement en ce qui  concerne  cette  bonne  vielle  terre Pourle  mot introuvable il est dans la même  catégorie tant qu'à moi  d'un refus  ou  d'un  déni   comme  conséquence,   et sur le coup  peut  créer  de émotions  négatives  si nous  ne sommes  pas  bien préparer  à cette recherche, mais dans l'autre  cas  et  bien  sans  pour  autant  tout  lâcher  à la première réponse    il  faut  accepter  ce qui est  et  de lâcher prise et vivre  intensément le moment présent.
 Je me suis fait dire  que mes parents  n'étaient pas  retrouvables  suite  à ce qu'il y a  dans  mon dossier  c'est à dire  rien  c'est à peine  si  ils savent que je suis  né, mais je sais que j'existe  et  que je suis une personne  entière alors voilà  ce qui compte et le reste  n'a plus  d'importance   et je  ne suis pas plus triste qu'avant  d'entreprendre mes recherches  c'est  comme  ca que la vie  l'a  décidé  et  c'est comme  ça  que je l'accepte  tout simplement.

Voila  mon opinion  sur le mot  introuvable et  il  ne doit pas  générer  de frustation  ou  de colère , les temps  sont  différents  mais les  choses   ne changent pas  il suffit  de regarder l'adoption internationale  et  de voir  combien  de   ces enfants  seront  dans le même moule que  nous    et pourtant on parle  de  2004.

Alors  bon courage  à tous ceux  qui se sont fait dire  que  leurs parents  sont introuvables  et  prenez  le temps  de vivre le moment présent au lieu  de  vous arrêter sur un passé imaginaire  que  vous  ne connaissez pas  et écrivez  votre propre histoire  et ainsi  le livre  n'aura  pas  de page  blanche  tout  juste  il  y manquera  quelques  références    ce qui  est le propre   de plusieurs livres.

Sinçèrement 

Boum  ( Germain )



De : Inconnue821Envoyé : 2004-07-14 21:18
Allo tout le monde
     Merci  pour:  introuvable......ça existe et c'est vraie

      
Inconnue 821


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


ENSEMBLE, gardons L'ESPOIR


Dernière édition par Picotine le 2009-11-21, 19:19; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Picotine


Hors ligne

Inscrit le: 27 Oct 2008
Messages: 4 709
Localisation: Gaspésie, Baie des Chaleurs
Féminin

MessagePosté le: 2009-01-01, 19:52    Sujet du message: * Mère est introuvable, comment on fait pour vérifier qu'ils ont vraiment cherché?? Répondre en citant

De : lotusbleu123-Envoyé : 2004-07-15 02:31
Guy de Maupassant : Aux champs. Texte publié dans Le Gaulois du 31 octobre 1882, puis publié dans le recueil Les contes de la bécasse.

Texte d'origine : http://www.bmlisieux.com/litterature/maupassant/auchamp.htm




AUX CHAMPS   

A Octave Mirbeau   
    Les deux chaumières étaient côte à côte, au pied d'une colline, proches d'une petite ville de bains. Les deux paysans besognaient dur sur la terre inféconde pour élever tous leurs petits. Chaque ménage en avait quatre. Devant les deux portes voisines, toute la marmaille grouillait du matin au soir. Les deux aînés avaient six ans et les deux cadets quinze mois environ ; les mariages et, ensuite les naissances, s'étaient produites à peu près simultanément dans l'une et l'autre maison.    Les deux mères distinguaient à peine leurs produits dans le tas ; et les deux pères confondaient tout à fait. Les huit noms dansaient dans leur tête, se mêlaient sans cesse ; et, quand il fallait en appeler un, les hommes souvent en criaient trois avant d'arriver au véritable.    La première des deux demeures, en venant de la station d'eaux de Rolleport, était occupée par les Tuvache, qui avaient trois filles et un garçon ; l'autre masure abritait les Vallin, qui avaient une fille et trois garçons.
    Tout cela vivait péniblement de soupe, de pomme de terre et de grand air. A sept heures, le matin, puis à midi, puis à six heures, le soir, les ménagères réunissaient leurs mioches pour donner la pâtée, comme des gardeurs d'oies assemblent leurs bêtes. Les enfants étaient assis, par rang d'âge, devant la table en bois, vernie par cinquante ans d'usage. Le dernier moutard avait à peine la bouche au niveau de la planche. On posait devant eux l'assiette creuse pleine de pain molli dans l'eau où avaient cuit les pommes de terre, un demi-chou et trois oignons ; et toute la lignée mangeait jusqu'à plus faim. La mère empâtait elle-même le petit. Un peu de viande au pot-au-feu, le dimanche, était une fête pour tous, et le père, ce jour-là, s'attardait au repas en répétant : "Je m'y ferais bien tous les jours"
    Par un après-midi du mois d'août, une légère voiture s'arrêta brusquement devant les deux chaumières, et une jeune femme, qui conduisait elle-même, dit au monsieur assis à côté d'elle :
    - Oh ! regarde, Henri, ce tas d'enfants ! Sont-ils jolis, comme ça, à grouiller dans la poussière.
    L'homme ne répondit rien, accoutumé à ces admirations qui étaient une douleur et presque un reproche pour lui.
    La jeune femme reprit :
    - Il faut que je les embrasse ! Oh ! comme je voudrais en avoir un, celui-là, le tout petit.
    Et, sautant de la voiture, elle courut aux enfants, prit un des deux derniers, celui des Tuvache, et, l'enlevant dans ses bras, elle le baisa passionnément sur ses joues sales, sur ses cheveux blonds frisés et pommadés de terre, sur ses menottes qu'il agitait pour se débarrasser des caresses ennuyeuses.
    Puis elle remonta dans sa voiture et partit au grand trot. Mais elle revint la semaine suivante, s'assit elle-même par terre, prit le moutard dans ses bras, le bourra de gâteaux, donna des bonbons à tous les autres ; et joua avec eux comme une gamine, tandis que son mari attendait patiemment dans sa frêle voiture.
    Elle revint encore, fit connaissance avec les parents, reparut tous les jours, les poches pleines de friandises et de sous.
    Elle s'appelait Mme Henri d'Hubières.
    Un matin, en arrivant, son mari descendit avec elle ; et, sans s'arrêter aux mioches, qui la connaissaient bien maintenant, elle pénétra dans la demeure des paysans.
    Ils étaient là, en train de fendre du bois pour la soupe ; ils se redressèrent tout surpris, donnèrent des chaises et attendirent. Alors la jeune femme, d'une voix entrecoupée, tremblante commença :
    - Mes braves gens, je viens vous trouver parce que je voudrais bien... je voudrais bien emmener avec moi votre... votre petit garçon...
    Les campagnards, stupéfaits et sans idée, ne répondirent pas.
    Elle reprit haleine et continua.
    - Nous n'avons pas d'enfants ; nous sommes seuls, mon mari et moi... Nous le garderions... voulez-vous ?
    La paysanne commençait à comprendre. Elle demanda :
    - Vous voulez nous prend'e Charlot ? Ah ben non, pour sûr.
    Alors M. d'Hubières intervint :
    - Ma femme s'est mal expliquée. Nous voulons l'adopter, mais il reviendra vous voir. S'il tourne bien, comme tout porte à le croire, il sera notre héritier. Si nous avions, par hasard, des enfants, il partagerait également avec eux. Mais s'il ne répondait pas à nos soins, nous lui donnerions, à sa majorité, une somme de vingt mille francs, qui sera immédiatement déposée en son nom chez un notaire. Et, comme on a aussi pensé à vous, on vous servira jusqu'à votre mort, une rente de cent francs par mois. Avez-vous bien compris ?
    La fermière s'était levée, toute furieuse.
    - Vous voulez que j'vous vendions Charlot ? Ah ! mais non ; c'est pas des choses qu'on d'mande à une mère çà ! Ah ! mais non ! Ce serait abomination.
    L'homme ne disait rien, grave et réfléchi ; mais il approuvait sa femme d'un mouvement continu de la tête.
    Mme d'Hubières, éperdue, se mit à pleurer, et, se tournant vers son mari, avec une voix pleine de sanglots, une voix d'enfant dont tous les désirs ordinaires sont satisfaits, elle balbutia :
    - Ils ne veulent pas, Henri, ils ne veulent pas !
    Alors ils firent une dernière tentative.
    - Mais, mes amis, songez à l'avenir de votre enfant, à son bonheur, à ...
    La paysanne, exaspérée, lui coupa la parole :
    - C'est tout vu, c'est tout entendu, c'est tout réfléchi... Allez-vous-en, et pi, que j'vous revoie point par ici. C'est i permis d'vouloir prendre un éfant comme ça !
    Alors Mme d'Hubières, en sortant, s'avisa qu'ils étaient deux tout petits, et elle demanda à travers ses larmes, avec une ténacité de femme volontaire et gâtée, qui ne veut jamais attendre :
    - Mais l'autre petit n'est pas à vous ?
    Le père Tuvache répondit :
    - Non, c'est aux voisins ; vous pouvez y aller si vous voulez.
    Et il rentra dans sa maison, où retentissait la voix indignée de sa femme.
    Les Vallin étaient à table, en train de manger avec lenteur des tranches de pain qu'ils frottaient parcimonieusement avec un peu de beurre piqué au couteau, dans une assiette entre eux deux.
    M. d'Hubières recommença ses propositions, mais avec plus d'insinuations, de précautions oratoires, d'astuce.
    Les deux ruraux hochaient la tête en signe de refus ; mais quand ils apprirent qu'ils auraient cent francs par mois, ils se considèrent, se consultant de l'oeil, très ébranlés.
    Ils gardèrent longtemps le silence, torturés, hésitants. La femme enfin demanda :
    - Qué qu't'en dis, l'homme ? Il prononça d'un ton sentencieux :
    - J'dis qu'c'est point méprisable.
    Alors Mme d'Hubières, qui tremblait d'angoisse, leur parla de l'avenir du petit, de son bonheur, et de tout l'argent qu'il pourrait leur donner plus tard.
    Le paysan demanda :
    - C'te rente de douze cents francs, ce s'ra promis d'vant l'notaire ?
    M. d'Hubières répondit :
    - Mais certainement, dès demain.
    La fermière, qui méditait, reprit :
    - Cent francs par mois, c'est point suffisant pour nous priver du p'tit ; ça travaillera dans quéqu'z'ans ct'éfant ; i nous faut cent vingt francs.
    Mme d'Hubières trépignant d'impatience, les accorda tout de suite ; et, comme elle voulait enlever l'enfant, elle donna cent francs en cadeau pendant que son mari faisait un écrit. Le maire et un voisin, appelé aussitôt, servirent de témoins complaisants.
    Et le jeune femme, radieuse, emporta le marmot hurlant, comme on emporte un bibelot désiré d'un magasin.
    Les Tuvache sur leur porte, le regardaient partir muets, sévères, regrettant peut-être leur refus.

    On n'entendit plus du tout parler du petit Jean Vallin. Les parents, chaque mois, allaient toucher leurs cent vingt francs chez le notaire ; et ils étaient fâchés avec leurs voisins parce que la mère Tuvache les agonisait d'ignominies, répétant sans cesse de porte en porte qu'il fallait être dénaturé pour vendre son enfant, que c'était une horreur, une saleté, une corromperie.
    Et parfois elle prenait en ses bras son Charlot avec ostentation, lui criant, comme s'il eût compris :
    - J't'ai pas vendu, mé, j't'ai pas vendu, mon p'tiot. J'vends pas m's éfants, mé. J'sieus pas riche, mais vends pas m's éfants.
    Et, pendant des années et encore des années, ce fut ainsi chaque jour des allusions grossières qui étaient vociférées devant la porte, de façon à entrer dans la maison voisine. La mère Tuvache avait fini par se croire supérieure à toute la contrée parce qu'elle n'avait pas venu Charlot. Et ceux qui parlaient d'elle disaient :
    - J'sais ben que c'était engageant, c'est égal, elle s'a conduite comme une bonne mère.
    On la citait ; et Charlot, qui prenait dix-huit ans, élevé dans cette idée qu'on lui répétait sans répit, se jugeait lui-même supérieur à ses camarades, parce qu'on ne l'avait pas vendu.
    Les Vallin vivotaient à leur aise, grâce à la pension. La fureur inapaisable des Tuvache, restés misérables, venait de là.
    Leur fils aîné partit au service. Le second mourut ; Charlot resta seul à peiner avec le vieux père pour nourrir la mère et deux autres soeurs cadettes qu'il avait.
    Il prenait vingt et un ans, quand, un matin, une brillante voiture s'arrêta devant les deux chaumières. Un jeune monsieur, avec une chaîne de montre en or, descendit, donnant la main à une vieille dame en cheveux blancs. La vieille dame lui dit :
    - C'est là, mon enfant, à la seconde maison.
    Et il entra comme chez lui dans la masure des Vallin.
    La vieille mère lavait ses tabliers ; le père, infirme, sommeillait près de l'âtre. Tous deux levèrent la tête, et le jeune homme dit :
    - Bonjour, papa ; bonjour maman.
    Ils se dressèrent, effarés. La paysanne laissa tomber d'émoi son savon dans son eau et balbutia :
    - C'est-i té, m'n éfant ? C'est-i té, m'n éfant ?
    Il la prit dans ses bras et l'embrassa, en répétant : - "Bonjour, maman". Tandis que le vieux, tout tremblant, disait, de son ton calme qu'il ne perdait jamais : "Te v'là-t'i revenu, Jean ?". Comme s'il l'avait vu un mois auparavant.
    Et, quand ils se furent reconnus, les parents voulurent tout de suite sortir le fieu dans le pays pour le montrer. On le conduisit chez le maire, chez l'adjoint, chez le curé, chez l'instituteur.
    Charlot, debout sur le seuil de sa chaumière, le regardait passer.
    Le soir, au souper il dit aux vieux :
    - Faut-i qu'vous ayez été sots pour laisser prendre le p'tit aux Vallin !
    Sa mère répondit obstinément :
    - J'voulions point vendre not' éfant !
    Le père ne disait rien.
    Le fils reprit :
    - C'est-i pas malheureux d'être sacrifié comme ça !
    Alors le père Tuvache articula d'un ton coléreux :
    - Vas-tu pas nous r'procher d' t'avoir gardé ?
    Et le jeune homme, brutalement :
    - Oui, j'vous le r'proche, que vous n'êtes que des niants. Des parents comme vous, ça fait l'malheur des éfants. Qu'vous mériteriez que j'vous quitte.
    La bonne femme pleurait dans son assiette. Elle gémit tout en avalant des cuillerées de soupe dont elle répandait la moitié :
    - Tuez-vous donc pour élever d's éfants !
    Alors le gars, rudement :
    - J'aimerais mieux n'être point né que d'être c'que j'suis. Quand j'ai vu l'autre, tantôt, mon sang n'a fait qu'un tour. Je m'suis dit : "V'là c'que j'serais maintenant !".
    Il se leva.
    - Tenez, j'sens bien que je ferai mieux de n'pas rester ici, parce que j'vous le reprocherais du matin au soir, et que j'vous ferais une vie d'misère. Ca, voyez-vous, j'vous l'pardonnerai jamais !
    Les deux vieux se taisaient, atterrés, larmoyants.
    Il reprit :
    - Non, c't' idée-là, ce serait trop dur. J'aime mieux m'en aller chercher ma vie aut'part !
    Il ouvrit la porte. Un bruit de voix entra. Les Vallin festoyaient avec l'enfant revenu.
    Alors Charlot tapa du pied et, se tournant vers ses parents, cria :
    - Manants, va !
    Et il disparut dans la nuit.

31 OCTOBRE 1882


P.S. Merci à toi, Chocolat, pour m'avoir fait découvrir Aux Champs, que je trouve tout à fait...savoureux!

Lotus xxx



~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


ENSEMBLE, gardons L'ESPOIR


Dernière édition par Picotine le 2009-11-21, 19:20; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Picotine


Hors ligne

Inscrit le: 27 Oct 2008
Messages: 4 709
Localisation: Gaspésie, Baie des Chaleurs
Féminin

MessagePosté le: 2009-01-01, 19:59    Sujet du message: * Mère est introuvable, comment on fait pour vérifier qu'ils ont vraiment cherché?? Répondre en citant

De : ♥Loly♥Envoyé : 2004-07-15 07:44
Très beau texte, l'histoire fait réfléchir, on y entre à plein dedans.

Merci de nous avoir recopier ça.
Lyne




De : Inconnue821Envoyé : 2004-07-15 10:48
Salut Inconnue, je suis content que tu es remis dans discution ton message.Oufff, je ne pensais pas qu'un simple coup de téléphone aurait fait du bruit comme ça. Je voulais tout simplement vous faire part que le mot introuvable fait aussi mal que refus, déni, décès.
C'est comme si on apprenait que la personne est décédée ( peut-être ) mais on ne retrouve pas son corps malgré toutes les recherches possibles. Comme Julie Bureau qui est disparue,  elle est introuvable. Ses parents savent qu'elle existe mais où et comment faire le deuil de leur fille, ils ne peuvent pas...

c'est le  passé  de  ses  parents biologiques  tout simplement.

Je suis d'accord avec cette phrase là, c,est leur passé et je respecte leur choix, mais de là, à se faire une histoire , pas évident écrire notre histoire et faire semblant, il me semble que ce n'est pas correct, car on sait que ce n'est pas la vérité et dans mon livre à moi , il faut être sincère avec nous-même si on veut avancer dans la vie.

Nous vivons tous des moments difficiles et différentes émotions : le refus, le déni, le décès, les retrouvailles, l'introuvable Chacun vit cela différemment.

Merci Chocolat pour le texte
Merci Lotus pour l'avoir partagé, très interressant, il fait réfléchir......




De : picotineEnvoyé : 2004-07-15 13:42
Comme j'aimerais "CRIER"   
à tous les parents biologiques   
qui on dû confier    
un ou des enfants à l'adoption.     
 
Que j'aimerais "CRIER"   
 à toi, enfant adopté.   
 
Si un jour, vous apprenez   
que l'on vous recherche   
et ne voulez pas y donner suite.   
 
Rédigez au moins un petit mot   
 
l'informant de votre décision.   
À votre guise, vous pourriez y ajouter   
un peu de son histoire, de votre histoire.   
Y ajouté même une photo.   
Afin que le questionnement existant   
soit un peu atténué.   
 
Échangez-vous au moins quelques écrits   
avant de prendre la décision finale.    
 
Mais sachez aussi, si c'est le cas,   
que vous pouvez toujours   
 revenir sur une décision   
pour votre, et son bonheur.   
 
Votre secret est lourd à porter?   
 
Vivre dans l'ignorance.   
Vivre dans la méconnaissance.   
Vivre dans le mystère.   
 
C'est pénible pour la personne qui recherche.   
 
Offrez-lui, offrez-vous ce petit cadeau.   
 
Saviez-vous que   
toutes ces échanges   
peuvent se faire dans l'anonymat?   
Et oui!   
 
Je comprends aussi que    
dans les années 40-50-60   
que souvent la décision était prise par des   
"SUPÉRIEURS".   
 
Maintenant   
la façon de voir la chose est évoluée.    
Maintenant   
c'est toi, qui peut décider.   
N'aie pas honte de ce passé.   
 
Ton entourage n'a pas a jugé.   
Aujourd'hui, la famille organise   
un "SHOWER"    
pour la fille mère et c'est la grosse fête.   
Et c'est très bien.   
Pourquoi ne comprendrait-il pas?   
 
OFFRE TOI CE BONHEUR!   
 
OFFRE LUI CE BONHEUR!   
 Picotine   


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


ENSEMBLE, gardons L'ESPOIR


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 11:36    Sujet du message: * Mère est introuvable, comment on fait pour vérifier qu'ils ont vraiment cherché??

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Adoption-Émotions-Retrouvailles Index du Forum -> Discussions -> Général Toutes les heures sont au format GMT - 4 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  


Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2016 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com

Template "Automne" © Créations Nollizua