Adoption-Émotions-Retrouvailles Index du Forum
Adoption-Émotions-Retrouvailles Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

J'ai su, me suis battue et j'ai trouvé (1994)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Adoption-Émotions-Retrouvailles Index du Forum -> Discussions -> J'ai trouvé!
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Picotine


Hors ligne

Inscrit le: 27 Oct 2008
Messages: 4 709
Localisation: Gaspésie, Baie des Chaleurs
Féminin

MessagePosté le: 2008-11-22, 20:38    Sujet du message: J'ai su, me suis battue et j'ai trouvé (1994) Répondre en citant

De : Tendrebisous  (Message d'origine)Envoyé : 2007-03-17 14:37
C'est en octobre 93 que j'ai confirmé à mes parents mon orientation sexuelle.  C'était évident puisque j'habitais avec la même femme depuis un long moment toutefois,  mes parents avaient toujours fait semblant de ne pas s'en apercevoir.  Angeline (ma mère) fut la première à réagir:
-  Tu n'as jamais été comme nous.  Tu ne le seras jamais !  Tu es adoptée et une salope comme ta mère naturelle.

Je venais de recevoir en pleine face la réponse à la question que j'avais demandé à 7 ans:  "Suis-je adoptée ?"  Jamais Angeline ou Conrad (parents adoptifs) ne me l'avaient dit.  Il parait qu'il ne le fallait pas.  Comme j'aurais aimé le savoir bien auparavant.  Pour tous les sévices subit j'aurais eu un argument de taille pour me défendre:  "Vous n'êtes pas mes parents".

Remise de l'effet de surprise j'ai commencé à poser des questions sur mes origines.  Les adoptants n'avaient que très peu d'informations mis à part mon nom d'origine et celui de la crèche d'où je provenais.  Décidée à en savoir davantage j'ai entreprit de me rendre sur les lieux de l'ancien hôpital de la Miséricorde où j'avais vu le jour.  La vocation de l'établissement avait changé pour devenir  Le Centre d'Acceuil Jacques Viger .

Je me promenais dans les corridors cherchant un indice, une image.  Rien jusqu'au moment où une religieuse m'intercepte.  Elle m'apprend que tous les documents sont maintenant au  Centre Jeunesse situé sur la rue de Maisonneuve.  15:30, il est encore temps de m'y rendre.

La préposée me remet un formulaire à remplir.  Je m'empresse de le faire.  J'ai besoin de savoir.  Ce ne sera pas immédiatement par contre puisque je dois attendre.  Dans quelques temps on me fera parvenir un document intitulé "Sommaire d'Antécédents" qui m'apportera des informations complémentaires sur mes origines.

6 semaines s'étaient écoulées et je demeurais sans nouvelles du Centre Jeunesse de Montréal.  Au téléphone on m'apprend que j'aurai une attente de 15 à 30 années à moins qu'une concordance existe déjà.  Non mais, vous imaginez l'absurde.  Ma mère biologique avait le temps de rendre l'âme.
8:20  Je trépigne devant l'entrée du Centre Jeunesse de Montréal.  Enfin l'agent de sécurité ouvre la porte.  L'ascenseur m'amène ou 6e étage.  Je veux des explications sur les délais.  Je veux des réponses.  Rien à faire !  Je dois me raisonner à attendre au minimum 15 ans et au maximum 30.  Je quitte, mais ne m'avoue pas pour autant vaincue. J'arrive à TVA.  J'ai des choses à dire et je veux être entendue.  J'obtiens une entrevue.  Le réalisateur de "JE" trouve le cas des plus intéressant et affecte Martin Everel au dossier.  Le lendemain en compagnie du journaliste et d'un caméraman,  je retourne au Centre Jeunesse.  Bien sûr, la caméra est rapidement  repérée, mais nous avons le temps de tourner des images compromettantes sur la qualité des services au CPEJ et l'image de l'employée faisant des mots croisés derrière une pile de dossier est choc.  Interdiction de continuer à tourner et le caméraman est prié de quitter.  Je résiste et je réussis à obtenir une entrevue avec Christine Maraval et son acolyte.  Petite erreur de leur part, lollll... Sous mon gilet les micros sont bien en place.  La directrice et son employée se retrouve dans l'eau chaude en révélant des informations.

De retour à TVA , le montage du reportage est en cours.  Il sera diffusé à la prochaine émission.  Pendant ce temps je me promène dans les locaux de TVA pour finalement convaincre le chef d'antenne.  Je fais les nouvelles au 18:00.  Je suis la première manchette:  Je suis cette femme dénonce et révèlent la vérité sur les scandales financiers.

Je ne veux pas en rester là.  Je veux obtenir gain de cause pour moi-même et pour toutes les personnes concernées par les différentes problématiques liées à l'adoption et aux retrouvailles.

Le lendemain je me rends à la Direction des Entreprises.  J'y réserve ma raison sociale et ramène les documents dans le but d'obtenir une charte.  Ma compagne de l'époque est à mes côtés et m'aide par son amour, ses encouragements et fait quelques recherches avec moi.  Le 20 décembre 1993, Le Centre de Recherches d'Antécédents Socio-Biologiques du Québec voit le jour.  Malgré la présence du Mouvement Retrouvailles il n'existe aucune association vouée à la défense des droits.  Ce sera l'objectif principale de l'organisme.

Je questionne, je dérange.  Je vais jusqu'à affronter les ministres de la Justice (Roger Lefebvre) et de la santé (Marc-Yvan Coté).  De conférences de presse en entrevues dans tous les médias je dénonce la dilapidation des fonds publics et l'injustice qui en découle.  À Montréal seulement, plus de 3800 dossiers en attente et des budgets dépassant le demi-million.  Pire encore, c'est l'ensemble des Centres Jeunesses du Québec qui fonctionnent ainsi en lésant les 16,000 adoptés et non adoptés.  C'est odieux !

Jeudi matin, le téléphone sonne.  L'attachée politique du ministre de la Justice me menace d'emprisonnement.  Je viole l'intégrité de la loi sur la confidentialité.  Je réponds que je m'en fou et que si le ministre veut agir ainsi il fera de moi un martyr et j'aurai encore plus gain de cause.  Je cherche, je fouille, j'enquête et je trouve.  Un ministre démissionne.

Afin de me faire taire, des pressions sont faites à la direction du Centre Jeunesse de Montréal pour que mon dossier soit traité en priorité.    On invoquera mon état de santé et le fait que j'ai appris mon adoption à l'âge adulte pour expliquer ce changement subit d'attitude, lollll.  Rassurez-vous, rien n'y personne ne pourrait me faire taire devant l'injustice aujourd'hui comme hier.  Je suis de tous les combats depuis longtemps tant pour revendiquer les droits des êtres humains à un mieux être et à la reconnaissance de leurs droits.  Je n'en suis pas non plus à une première avec les médias puisque de 1988 à 1992 j'ai dénoncé un blanchiment d'argent à la Caisse Pop Notre Dame de la Merci dans le nord de Montréal... une bataille contre la Confédération des Caisses Populaires de Montréal et de l'Ouest du Québec et la mafia afin de protéger les employées qui subissaient pressions et menaces.
17 février.  Il est 13:00.  Dans une salle malpropre et remplie de cartons et de boîtes j'attends le moment de ma retrouvailles.  Ma mère biologique a accepté de me rencontrer.La porte s'ouvre.  La travailleuse sociale que j'avais rencontré pousse une dame minuscule à l'intérieure de la salle et quitte.  Pendant quelques instants je reste stupéfaite.

-  Madame Dion, que faites-vous ici ?

C'était la secrétaire de mon grand ami prêtre Henri Paradis.  Je visitais Henri, chaque mois religieusement depuis l'âge de mes 15 ans.  Thérèse était sa secrétaire, une dame démunie à qui j'amenais toujours un café et quelques gâteries lors de mes visites.

Vous l'avez deviné, c'était ma mère biologique.  Ni elle ni moi n'aurions pu savoir.  De son côté, elle n'avait jamais fait de recherche et moi, j'ignorais tout de mon adoption.

Nous avons quitté la salle encombré et je l'ai invitée au restaurant.  Je restais calme et solide car madame Dion était en pièces détachées.  Elle a peur, mais j'ai tôt fait de la rassurer.

J'ai retrouvé aussi le père biologique.
À l'époque je m'occupais d'une chronique dans le Hebdo-Police pour les personnes recherchées.  Comme j'avais retrouvé la mère biologique c'était plus facile de retrouver le géniteur.   J'ai donc fait paraître une annonce à l'effet que j'étais à la recherche d'un dénommé Bruno B. C'est son beau-frère qui a vu l'annonce et il s'est empressé de lui téléphoner.   J'ai alors reçu un appel téléphonique d'une femme.  Bruno avait demandé à son épouse d'appeler pour lui.  Je crois qu'il avait besoin de vérifier.  Il m'a téléphoné le jour même et nous avons fixé un rendez-vous.

Bruno avait la voix d'un ténor et je m'attendais à rencontrer un grand monsieur très viril dans ma porte.  Au contraire, j'ai retrouvé un petit bonhomme trapu, chauve et portant des lunettes très épaisses mais surtout, j'en étais presque le sosie.  Nous avons bavardé autour d'une partie de cribble.  Le week-end suivant, il me fit rencontré sa famille.  Du côté du père biologique j'ai 2 demie-soeurs et 1 demi-frère.  Bruno n'a jamais été bavard et était alcoolique.  Je n'ai pas entretenu les liens.  À sa mort, mes demie-soeurs m'ont téléphoné pour me demander de transporter l'urne funéraire.  Si lui n'avait pas été là pour mes premières heures dans la vie c'est moi qui l'ai porté pour ses dernières heures dans cette vie.
Dans la vie il ne faut jamais avoir peur de se battre pour ses convictions et pour la justice.  Le Centre de Recherches d'Antécédents Socio-Biologiques du Québec a fait changer différentes lois et dispositions au Code Civil  pour permettre à toutes personnes concernées d'obtenir des renseignements sur ses antécédents sociologiques et biologiques de plus, toutes les personnes vivant des retrouvailles sont maintenant accompagnées par une psychologue compétente.
Bisous de ma tendresse à vous tous 
Tendrebisous






~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


ENSEMBLE, gardons L'ESPOIR


Dernière édition par Picotine le 2009-06-10, 21:28; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: 2008-11-22, 20:38    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Picotine


Hors ligne

Inscrit le: 27 Oct 2008
Messages: 4 709
Localisation: Gaspésie, Baie des Chaleurs
Féminin

MessagePosté le: 2008-11-22, 20:45    Sujet du message: J'ai su, me suis battue et j'ai trouvé (1994) Répondre en citant

De : picotine_777Envoyé : 2007-03-17 15:17
Tendrebisous     
 
     Quel parcours et dire que vous l'aviez à la portée de la main, votre mère.  De quelle manière vous avez retrouvé votre maman.  Avec le Centre Jeunesse ?    
 
     Vous mentionnez le 17 février.  En quelle année?  Vous vous côtoyez toujours?    
 
     Merci de votre partage.    
 
P i c o    
 



De : TendrebisousEnvoyé : 2007-03-17 15:40
Bonjour Picotine

J'ai retrouvé ma mére biologique le 17 février 1994 et mon père biologique quelques semaines plus tard.  Ils sont décédés tous les 2.  L'important pour moi est de savoir à qui je ressemble et d'avoir trouvé des réponses à mes questions.


Bisous de ma tendresse

Tendrebisous







De : Dentelle01Envoyé : 2007-03-17 19:34
Allo Tendrebisous,Ton histoire est incroyable et tellement courageuse.

Bravo pour ta tenacité !


Dentelle.







De : TendrebisousEnvoyé : 2007-03-17 19:46
Bonsoir Dentelle

Merci nfiniment pour ta gentillesse.


Bisous de ma tendresse


Tendrebisous







De : ♥Loly♥Envoyé : 2007-03-18 06:36
Allô Tendrebisous, bravo pour ton combat, pour ta tenacité et ta persévérence.  Tu dis t'être demandé à l'âge de 7 ans si tu étais adoptée, qu'est-ce qui a suscité ce questionnement?  Était-ce que tu en avais vaguement entendu parlé ou si tu le ressentais profondément?
Ce qui m'attriste dans ton histoire, c'est la façon dont tu as appris ton adoption.  Ce n'est déjà pas facile pour ceux qui l'apprennent à l'âge adulte, encore moins facile de la manière que ta mère adoptive te l'a dit.  De plus, elle s'était empressée de diminuer ta mère naturelle à tes yeux, ce qui est terrible puisqu'en tant qu'adopté, on désire s'identifier à notre mère naturelle sans même la connaître.  Lors de tes retrouvailles, tu as d'ailleurs constaté que ce qui t'avait été dit était complètement faux.

Maintenant tu sais qui sont tes parents naturels et tu peux t'identifier à eux.  Je suis sûre que tu en as ressentie une grande paix et satisfaction.

Lyne
 



De : babette013Envoyé : 2007-03-18 18:33
Wowww Tendre bisoux,

Quelle persévérance Je te félicite et te remercie de partager ton histoire avec nous.

LINDA 









De : TendrebisousEnvoyé : 2007-03-18 19:53
Merci beaucoup pour vos mots, Loly et Babette.

  Je ne regrette rien.  Eh oui, Loly, j'ai appris mon adoption à quelques jours de mes 34 ans et d'une dure façon.  J'avais demandé à l'âge de 7 ans si j'étais adoptée parce que je ressentais, au fond de moi, que j'étais fort différente de mes parents.  Il me semblait que je n'avais rien comme eux.  Oh oui, j'avais les yeux bleus comme ma mère adoptive mais sans plus.  Je ressentais quelque chose à l'intérieur de moi.  Comme si je savais qu'on me mentait.  Pas si fou, une enfant !
C'est mon histoire !  J'espère qu'elle vous donnera le courage de prendre vos recherches en mains.  Dérangez les gens des Centre Jeunesse.  Ne lâchez pas prise, peu importe ce qu'on vous dira.  C'est votre droit le plus stricte et tout ce qu'il y a de plus légitimes.  À l'époque du Centre de Recherches, j'ai même offert de travailler au Centre Jeunesse bénévolement.  Ils ont refusé.  SI vous restez muet, rien ni personne ni fera.  J'ai cru comprendre que plus ils sont dérangés et moins ils ont envient de l'être




Bonne chance à tous et bisous de ma tendresse


Tendrebisous







De : -lotusbleu123-Envoyé : 2007-04-01 12:58
Bonjour Tendrebisous
,


Merci d'avoir partagé si généreusement ton histoire de vie avec nous.  Pareilles démarches de la part d'une battante redonnent souvent courage, espoir et détermination à celles et à ceux qui les auraient perdus ou encore qui hésiteraient à faire les étapes nécessaires pour retracer leurs origines, leurs appartenances, leurs racines etc.


Je suis une mère biologique qui a retrouvé sa fille en août 2003 après plusieurs années de recherches et d'attente, par le biais de 2 Centres jeunesse.  Auparavant:  avis de recherches dans les babillards, les revues, les journaux, archives, CLSC, écoles, Palais de Justice, presbytère, Mouvement Retrouvailles, radio, télé, entre autres, furent au menu pendant plusieurs années.  Je dois préciser que c'est également en lisant ou en écoutant des témoignages de parcours de vie similaires au tien que je me suis accrochée à l'idée que je réaliserais mon désir le plus cher, l'objectif premier de ma vie, à savoir celui de retrouver ma fille car la peur du jugement et la peur de ne pas être à la hauteur des attentes de ma fille étaient au rendez-vous.

Ne voulant pas être redondante car plusieurs participant(e)s ici connaissent mon histoire mais, si toutefois tu désirais lire un compte rendu des mes retrouvailles, tu pourrais le faire en te rendant à ce lien:


RETROUVAILLES-MARTHE-ET-ANNIE

En passant, je voudrais féliciter ta conjointe d'avoir su et pu t'accompagner dans tous ces moments forts de tes démarches.  Conjoint(e)s ont souvent un impact très important dans notre décision d'entreprendre ou de laisser en veilleuse ce projet de retrouvailles si cher à nos yeux et à notre coeur.  Ils sont précieux tout au long de ce parcours de vie difficile des recherches.  Plusieurs personnes m'ont mis des bâtons dans les roues lors de mes démarches mais toujours mon conjoint était à mes côtés pour m'épauler, me soutenir et même parfois me pousser à continuer de les faire.  Ils/elles font une grande différence dans nos vies lors de ces moments forts pré ou post-retrouvailles où toute une gamme d'émotions sont au rendez-vous.  Ils/elles sont là pour nous supporter dans tous les sens du mot
.







~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


ENSEMBLE, gardons L'ESPOIR


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 15:41    Sujet du message: J'ai su, me suis battue et j'ai trouvé (1994)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Adoption-Émotions-Retrouvailles Index du Forum -> Discussions -> J'ai trouvé! Toutes les heures sont au format GMT - 4 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  


Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2016 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com

Template "Automne" © Créations Nollizua